/sports/fighting
Navigation

Pascal ne se réjouit pas des malheurs de Bute

Le boxeur fait la promotion d’un sport propre depuis plusieurs années

Jean Pascal
Photo d'archives Jean Pascal

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il fait la promotion des contrôles antidopage depuis plusieurs années, Jean Pascal a refusé de se réjouir lorsqu’il a été mis au courant de la mauvaise nouvelle concernant Lucian Bute.

«Je ne veux pas commenter cette histoire parce que je ne connais pas les détails, comme le niveau de contamination et les circonstances de ce test», a déclaré Pascal lorsque joint par Le Journal jeudi.

Il avoue toutefois être très surpris que Bute se soit fait prendre après une longue série de tests négatifs au cours de sa carrière.

De plus, on se souvient que Bute et Pascal avaient subi des tests antidopage à plusieurs reprises avant et après leur affrontement en 2014. Aucune anomalie n’avait été décelée chez les deux pugilistes.

Par contre, ils ont une personne ressource en commun: Angel Heredia, qui s’occupe de leur préparation physique pendant leur camp d’entraînement respectif depuis quelques combats. Par contre, rien n’indique que Heredia a une quelconque responsabilité dans le résultat positif de Bute pour le moment.

Souvenirs de 2010

Depuis son premier choc contre Bernard Hopkins en 2010, Pascal a toujours souhaité que la boxe devienne un sport propre.

Il était même parvenu à faire perdre les pédales à Hopkins pendant une conférence de presse avant leur deuxième duel en l’interpellant au sujet du dopage.

«On a dit que je manquais de respect envers Hopkins, s’est rappelé Pascal. Je ne suis pas sûr qu’on dirait la même chose aujourd’hui.»

Encore des doutes

À compter de cette journée, le Québécois a toujours exigé que ses adversaires subissent des tests antidopage même si cette demande a complexifié certaines négociations notamment avant ses deux affrontements contre le Russe Sergey Kovalev.

D’ailleurs, il a toujours un doute qui le chicote au sujet de celui qui lui a fait subir ses deux dernières défaites.

«Les Russes ont grandi avec cette culture et ça fait 40 ans que ça dure, a souligné Pascal en parlant du récent scandale concernant les athlètes russes, dont le boxeur Alexander Povetkin. C’est une bonne nouvelle de voir que les agences mondiales sont en mesure de coincer les fautifs.

«Ce qui veut dire que les boxeurs seront propres et que tout le monde pourra se battre sur le même pied d’égalité.»