/news/currentevents
Navigation

15 citations de l'entrevue de Stéfanie Trudeau avec Éric Duhaime

FD-PROCÈS STÉPHANIE TRUDEAU
Chantal Poirier / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

L’ex-policière Stéfanie Trudeau, alias «matricule 728», était l’invitée d’Éric Duhaime et Myriam Segal à l’émission Duhaime le midi sur les ondes du FM 93 à Québec. 

Commentant l’issue de son procès, elle en a profité pour critiquer le système juridique et son syndicat.

Comme le rapportait Le Journal, Stéfanie Trudeau a été «condamnée à une probation d’un an et à 60 heures de travaux communautaires.»

15 citations de Stéfanie Trudeau à Duhaime le midi

«Un des principes de droit dans un procès c’est que j’aie droit à un procès juste et équitable. Si on regarde l’ensemble de leurs procédures, on n’est pas là du tout.»

«Je pense que les dés étaient pipés d’avance. Je l’ai déjà dit et je le redis, c’était clair que j’allais être déclarée coupable.»

«Si on remonte dans mon histoire, un certain soir de mai, moi j’ai fait ce que j’avais à faire. À ce moment-là, j’ai su que ma carrière était terminée.»

«Même le syndicat s’est jamais levé pour dénoncer les agressions qu’on subissait soir après soir(NDLR: au cours du printemps 2012) pendant 4 mois au Centre-ville de Montréal.»

«On m’a mis ça sur la table: "Si tu te déclares coupable de ça, on te donne une absolution et on n'en parle pas."»

«J’ai fait ce travail pendant 18 ans. Jamais, jamais, jamais on m’a accusée d’avoir fait des arrestations illégales ou d’avoir causé des blessures.»

«Ce que ce président de ce syndicat-là m’a dit au début de toute cette histoire-là c’est "Écoute Stef, c’est politique. On n’y peut rien."»

«Moi j’ai toujours été franche dans ça. Moi j’ai rien à cacher maintenant. J’ai jamais rien eu à cacher parce que, finalement, j’ai tout perdu dans cette histoire-là.»

«Si t’as rien fait de mal, c’est ben d’valeur mais tu mangeras pas dans la main du Diable.»

«En France, ça fait 4 mois que ça dégénère. Y a 300 policiers de blessés. Les gars sont sortis dans la rue pour dire "Hé! Ça va faire!" Pis ils les arrêtent ces gens-là. Ils leur donnent pas des tickets pour avoir été sur la voie publique. Ils leur donnent un casier judiciaire pour avoir participé à une émeute.»

«Moi je suis retraitée. Et je vais l’dire à tout le Québec: je suis full pensionnée. Alors moi là-dedans le côté financier... J’ai pas perdu grand-chose. Par contre, tout le mal qu’ils ont fait, ça se paye pas.»

«Pis c’est malheureux, mais même à la CSST, ils veulent pas reconnaître que moi après les événements dans l’émeute, on m’a médiatisée. On m’a aussi diabolisée, Y ont pas reconnu que ça m’avait traumatisée. Alors, oui, c’est dégueulasse!»

«Une police, c’est comme un soldat, mais dans un monde civil.»

«En France, en ce moment, pensez-vous qu’ils font un cas des manifestants qui sont blessés? Ben non! T’es dans une émeute... Pis si t’es là, pis t’es blessé: Just too bad! T’as juste à pas être là! C’est ça la vie! Ici au Québec, c’est pas de même. T’as le droit de sortir dans la rue, car ils veulent t’augmenter de 25 cents par semaine pour aller à l’école. C’est dégueulasse!»

«On dit qu’on est une société ouverte, mais mon oeil société ouverte! C’est facile pour les gens hétérosexuels et normal(sic) de dire qu’on est une société ouverte. Mais si tu demandes aux gens qui sont marginalisés par la société... ben c’est pas le cas! Pis on le voit avec mon dossier. Ça aurait été n’importe qui d’autres qui aurait été dans ce dossier et ça aurait jamais été jusque là.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.