/opinion/columnists
Navigation

Brutalité parlementaire, clarté et vengeance

Coup d'oeil sur cet article

Il en aura fallu des efforts du PQ et de la CAQ pour faire comprendre à la ministre de la Justice que le Québec basculait dans la Noirceur avec sa loi sur les discours haineux. Triste théâtre à la colline Parlementaire: la ministre Vien, vexée par les reproches de François Legault, a faussement crié à l’intimidation. Et avec la nouvelle réglementation antitabac, les fumeurs, eux, seront libres d’aller en griller une... à peu près nulle part!

Le top trois de la semaine

1 - GAIN POUR LA LIBERTÉ D’EXPRESSION

La ministre Stéphanie Vallée
Photo d'archives
La ministre Stéphanie Vallée

Le Québec a frôlé la catastrophe avec le projet de loi 59 sur les discours haineux.

La ministre Stéphanie Vallée voulait soi-disant les combattre en transformant la Commission des droits de la personne en une sorte de Gestapo de pacotille.

Le chroniqueur Christian Dufour a même parlé, avec raison, de «fascisme soft» .

Plaignants et plaignards anonymes auraient fait déferler des tonnes de plaintes. Et des escouades de gendarmes du bon goût auraient investi les studios de radio munis d’injonctions à la gomme.

Écolos, roux, gros, souverainistes, islamistes, transgenres auraient pu instrumentaliser cet organisme pour intimider et fermer les clapets.

Le plus inquiétant, c’est que cette ministre, oui une vraie graduée d’une vraie faculté de droit, estime que c’est... le Québec qui n’était pas prêt!

À mettre sous surveillance.

2 - AYATOLLAH ANTITABAC

La ministre Lucie Charlebois
Photo d'archives
La ministre Lucie Charlebois

Mes deux parents fumaient deux paquets par jour.

Mon père a fait deux arrêts cardiaques et ma mère a continué de fumer, en cachette.

Aujourd’hui, je suis asthmatique.

Le pneumologue a été catégorique: l’addiction de mes parents en est la cause.

Oui, je pourrais moi aussi être un croisé radical anti-cigarette. Mais y a des bornes.

Depuis jeudi, les fumeurs sont bannis des terrasses.

La campagne de santé publique est devenue une sorte de croisade bien-pensante moralisatrice.

Vapoteurs et fumeurs sont des parias à neutraliser.

Oui, des «morons» pouvaient empoisonner des lunchs en tête en tête sur balcons et terrasses.

Mais n’y avait-il plus moyen de discuter et de s’arranger entre adultes?

Aucune loi ne pourra éradiquer la «moronie» .

Jeudi, ce n’était pas la santé qui a avancé, c’est la liberté qui a reculé.

3 - LA FAUSSE INTIMIDATION

La ministre Dominique Vien
Photo d'archives
La ministre Dominique Vien

Cette semaine, l’Assemblée nationale s’est encore une fois transformée en foire.

La ministre Dominique Vien s’est plainte publiquement que le chef de la CAQ François Legault lui avait crié de se réveiller, au sortir de l’Assemblée nationale.

Une complainte minable, tristement entérinée par le premier ministre lui-même!

François Legault avait raison d’apostropher la ministre devant son apathie face à un lock-out qui prive 700 enfants de transport scolaire.

Qu’est-ce la dame fait en politique? Si tu ne peux endurer la chaleur, sors de la cuisine, disait l’ex-président américain Harry Truman.

À cause de ses mièvreries, la ministre nuit à la cause de la lutte à l’intimidation.

À force de crier au loup à toutes les sauces, ça risque de nuire aux vraies victimes de brutale intimidation.

Face à une telle hypersensibilité, des vacances lui seraient salutaires.