/sports/fighting
Navigation

Heredia à la défense d'Ortega

Les deux hommes sont des amis de longue date

SPO-LUCIAN-BUTE
Photo d'archives Angel Heredia est venu à la défense de Daniel Ortega, que l’on voit ici en compagnie d’Yvon Michel.

Coup d'oeil sur cet article

Avant que Lucian Bute se fasse épingler pour dopage, peu de gens connaissaient le nom de Daniel Ortega, l’un de ses préparateurs physiques lors de ses trois derniers combats, dont celui d’avril présenté à Washington.

De nature discrète, Ortega était présent dans l’entourage du Québécois d’origine roumaine sur une base quotidienne durant les huit semaines précédant ses affrontements.

Sa tâche était d’appliquer les plans de nutrition et d’entraînement conçus par le principal préparateur physique Angel Heredia. En gros, il était un exécutant.

<b>Angel Heredi</b>
Photo Agence QMI
Angel Heredi

Pendant ce temps, Heredia était le responsable de la mise en forme de l’adversaire de Bute, Badou Jack.

Les projecteurs étant donc sur Ortega, Heredia s’est vite porté à sa défense lorsque joint par Le Journal.

«Daniel est un ami de longue date et je le connais depuis que je suis gamin. Je collabore avec lui depuis plusieurs années, a précisé Angel Heredia lors d’un entretien téléphonique.

«Quand je l’ai envoyé au gymnase de Lucian, j’avais 100 % confiance en lui. Il était prêt à faire le travail.»

Ortega avait le loisir d’apporter des ajustements s’il constatait que quelque chose clochait dans la préparation de l’athlète de 36 ans. Heredia ne croit pas que son homme de confiance ait pu commettre l’irréparable.

«Lorsqu’il faisait des changements, c’était toujours en collaboration avec le reste de l’équipe et Lucian lui-même», a précisé Heredia.

De nombreuses prises de sang

Au cours des derniers jours, plusieurs observateurs ont indiqué qu’Ortega était un perfectionniste dans son boulot. On lui reproche notamment d’avoir effectué plusieurs prélèvements sanguins sur Bute pendant ses derniers camps d’entraînement.

Heredia a tenu à calmer le jeu à ce sujet.

«Que ce soit avant ou pendant le camp, ces prises de sang permettaient à Daniel ou à moi de modifier les dosages de certains suppléments nécessaires au bon fonctionnement du corps humain, a expliqué l’Américain. Grâce à ceux-ci, tu peux corriger un manque de fer ou de calcium, par exemple.»

Toutefois, il a voulu préciser une chose importante: le plan de Bute avait été établi avant de savoir qu’il allait se mesurer à son autre client, Badou Jack, pour le titre WBC des super-moyens (168 lb).

C’était le même qui avait permis à Bute de faire belle figure lors de sa défaite par décision unanime contre James DeGale.

Pas de négligence

Heredia prépare lui-même les poudres servant à la confection des boissons protéinées de ses boxeurs. Y aurait-il eu négligence de sa part pendant la fabrication de ces produits?

«J’en doute fortement, parce que j’ai fait une grosse recette avec les mêmes éléments et elle a été divisée également entre Lucian et Badou, a-t-il raconté. Quant aux suppléments vitaminiques, ce sont les athlètes qui ont la tâche de les acheter dans un magasin d’aliments naturels et je leur fournis une liste de compagnies qu’ils doivent éviter selon le site de l’agence américaine antidopage [USADA].

«Est-ce que Lucian a acheté une vitamine qui contenait de l’ostarine? Je ne le sais pas pour le moment.»

Il tient à préciser que Bute est le premier client parmi ses boxeurs à connaître des ennuis avec les autorités en matière de dopage.

Des irrégularités à Washington ?

Après les réactions des membres de l’équipe de Lucian Bute, les projecteurs pourraient maintenant se tourner vers la commission athlétique qui était responsable des tests antidopage après le duel du 30 avril dernier.

Est-ce que la D.C. Boxing and Wrestling Commission a fait passer les tests à l’ancien champion dans les règles de l’art?

Angel Heredia en doute.

«Il y a plusieurs choses qui ne sont pas conformes dans la procédure qui avait été mise en place, a-t-il souligné. Selon ce que je sais, les inspecteurs se seraient présentés dans le vestiaire de Lucian sans leur accréditation officielle.

«Ils auraient été cavaliers dans leur approche et ils n’auraient pas posé les questions de base à Lucian avant de lui demander de fournir ses échantillons d’urine.»

Ce qui est mystérieux, c’est que Bute et son équipe ne savent toujours pas, à l’heure actuelle, à quel laboratoire ces échantillons ont été acheminés.

«Après la collecte, normalement, ils fournissent un numéro de série, mais ça n’a pas été fait à ce que j’ai su», a poursuivi Heredia.

Le Journal a tenté de communiquer avec les dirigeants de la commission athlétique, mais ceux-ci n’ont pas répondu à leurs messages.

Des papiers attendus

Bute a reçu un simple coup de fil pour se faire dire qu’il avait été testé positif à l’ostarine. C’est tout ce qu’il aurait eu comme information jusqu’à présent.

«C’est bizarre qu’on n’ait pas encore obtenu de la documentation officielle par écrit à cet effet, a ajouté Heredia. Habituellement, on est toujours en mesure de connaître les détails des contrôles qui ont été effectués avec les concentrations de chaque élément.

«Ça peut notamment servir à noter certaines irrégularités entre

les échantillons, car tout doit être identique.»

Le préparateur a cependant confirmé que le laboratoire choisi par la D.C. Boxing and Wrestling Commission était sûrement à la fine pointe de la technologie, car l’ostarine nécessite des tests plus poussés.

Prêt à affronter la tempête

Angel Heredia était bien conscient que son passé trouble en matière de dopage reviendrait sur le tapis lorsque Lucian Bute a obtenu un résultat positif à la suite d’un test subi à Washington.

On se souvient que son nom a été mêlé à la célèbre affaire Balco en 2003. Après avoir pleinement collaboré à l’enquête policière, il s’est rangé et il s’est trouvé du boulot dans le domaine de la boxe depuis quelques années.

Lucian Bute est le premier client de Heredia à connaître des ennuis depuis qu’il travaille dans ce sport. Il garde donc son calme par rapport aux événements des derniers jours.

Lucian Bute est le premier client de Heredia à connaître des ennuis depuis qu’il travaille dans ce sport.
Photo d'archives
Lucian Bute est le premier client de Heredia à connaître des ennuis depuis qu’il travaille dans ce sport.

Il n’est surtout pas nerveux quant à un résultat positif de l’échantillon B du Québécois.

«Ce que les gens pensent à mon sujet, je m’en balance un peu, car je sais que je n’ai rien à me reprocher, a souligné Heredia, qui est souvent la cible de commentaires de la part des adversaires de ses protégés.

«Je connais tous les faits et je sais que tout ce que j’ai fait était légal. J’aurais beaucoup trop à perdre à me mettre à nouveau les pieds dans les plats.»

Il avoue qu’il est déjà prêt à répondre aux questions des autorités américaines dans ce dossier et qu’il serait heureux de le faire.

Heredia invite même Bute à faire analyser ses produits afin d’en avoir le cœur net et pour effacer tous les doutes qu’il pourrait avoir en lui.

Il veut continuer avec Bute

À la fin de l’entretien, Heredia a indiqué qu’il souhaite poursuivre son association avec Bute, s’il le désire bien entendu.

«J’espère qu’on va demeurer des amis après cette histoire, a souligné l’Américain. J’ai confiance qu’on pourra faire la lumière là-dessus et qu’on pourra regarder devant nous par la suite.»

En attendant, il a l’intention de tout mettre en œuvre pour aider son client à se sortir du pétrin.