/lifestyle/health
Navigation

Les musiciens à haut risque

Nice girl playing the violin
Viacheslav Iakobchuk - Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La pratique d’un instrument de musique exige énormément de travail et de nombreuses heures de répétition dans des positions pas toujours orthodoxes.

L’apprentissage débutant souvent à l’enfance, sur un corps en pleine croissance, le danger de ressentir des douleurs ou de développer des défauts posturaux guette nos jeunes virtuoses.

Les physiothérapeutes sont reconnus pour leur expertise auprès des athlètes de tous les niveaux. Les sportifs d’élite ou récréatifs n’ont plus de secrets pour eux. Cependant, les musiciens sont souvent oubliés. Seul avec leur instrument ils endurent de multiples inconforts articulaires. On observe au Québec de nombreuses cliniques de physiothérapie sportives. À ma connaissance, il n’existe pas de clinique de physiothérapie musicale malgré la grande quantité d’instrumentistes qui en auraient besoin.

On dit que le Boléro de Ravel, d’une durée de 14 minutes, exigerait de la part d’un percussionniste au-delà de 5000 mouvements des bras et des avant-bras, sans interruption.

Il est alors facile de faire ici un rapprochement entre les musiciens professionnels et les athlètes d’élite par la répétition des gestes pour atteindre la note ou le mouvement parfait. Pour exceller, ils doivent concilier la souplesse l’endurance, la force, l’agilité et la coordination.

Violoniste

Mathieu est un jeune musicien de talent de 14 ans. Depuis maintenant 8 ans, il joue avec passion et régularité d’un instrument particulièrement difficile à maîtriser. C’est un futur violoniste prometteur et très doué. Il a d’ailleurs été remarqué très tôt et de nombreuses heures de pratique font maintenant partie de sa routine journalière.

Récemment il a augmenté son temps passé avec son instrument afin de réussir un concours qui aura lieu dans quelques semaines. En plus du stress psychologique que cela lui cause, il se plaint depuis peu de fortes douleurs dans la région dorsale haute et autour des omoplates.

Il a même été contraint de diminuer ses heures de pratique étant donné que la douleur aiguë l’empêchait de dormir. Sa belle passion était à risque de s’effriter.

Mathieu, accompagné de sa mère, est venu consulter un physiothérapeute en clinique privée. Ce dernier a pris le temps de faire une évaluation en insistant sur la posture de son patient. Par la suite, le professionnel de la réadaptation a procédé à une minutieuse palpation. Il a ainsi identifié les structures pouvant expliquer les symptômes ressentis par Mathieu.

Dans ce cas-ci, les vertèbres dorsales 3-4-5-6 étaient particulièrement sensibles et les muscles autour aussi. Le physio soupçonnait des dérangements intervertébraux mineurs et de la fatigue musculaire posturale.

Par une thérapie manuelle bien appliquée, par la correction posturale et par la réassurance de son jeune artiste face à son concours à venir, il a permis à Mathieu de reprendre son outil de travail avec une bien meilleure hygiène posturale. Quelques exercices bien ciblés ont aussi été enseignés pour augmenter l’endurance et le maintien postural de notre violoniste.

Mathieu et sa mère sont contents et rassurés...