/sports/opinion/columnists
Navigation

Lucian Bute : Croire ou ne pas croire ?

Lucian Bute : Croire ou ne pas croire ?
Photo Le Journal de Montreal, Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Tous ceux qui connaissent Lucian Bute n’arrivent pas à comprendre. Ceux qui connaissent très bien Lucian Bute comprennent encore moins.

Soyons clairs, Lucian Bute serait acquitté s’il pouvait subir un procès. Il faudrait faire la preuve que c’est lui qui a bu ou ingurgité un produit dopant à

24 heures d’un combat de championnat du monde où il savait qu’il serait testé le soir même.

Et s’il l’a bu, il faudrait faire la preuve qu’il en était conscient et qu’il avait l’intention de tricher.

Acquitté sur-le-champ. Non coupable.

Je suis convaincu que Butefaisait confiance à son entourage et ignorait la composition chimique des shakes qu’il buvait après ses entraînements.

Mais dans le sport et sa chasse au dopage, Lucian Bute est tenu responsable de tout produit dopant qu’on pourrait retrouver dans son organisme. Qu’il ait été dopé ou non, qu’il ait été naïf ou non, qu’il ait été victime d’un coup monté ou non, il est responsable.

Donc, Lucian Bute est responsable des traces d’ostarine qu’on aurait trouvées dans son organisme.

L’OSTARINE, CETTE MÉCONNUE

Personnellement, je crois qu’on a trouvé des traces d’ostarine dans l’organisme de Lucian Bute. Mais je crois tout autant que Bute n’a jamais été conscient de ce fait. L’ostarine est relativement nouvelle sur le marché parallèle du dopage. C’est une molécule de synthèse qu’on espère développer pour aider les cancéreux à conserver leur masse musculaire. Les sportifs s’en servent pour augmenter la masse ­musculaire squelettique.

Vous pouvez passer des heures sur internet à lire des commentaires d’utilisateurs d’ostarine. Je l’ai fait. Il est certain que l’on doit utiliser l’ostarine pendant des semaines pour ressentir un effet léger dans la récupération. Par contre, les effets ­secondaires sont à peu près inexistants.

On fait une mise en garde également. On retrouve de l’ostarine en faible dose dans de nombreux suppléments alimentaires vendus aux sportifs. C’est la nouvelle tendance chez certains culturistes ou préparateurs physiques.

Je ne sais pas qui a introduit l’ostarine dans la préparation de Bute, je ne sais même pas si cette personne était consciente des produits qu’elle manipulait, mais je suis convaincu que Bute faisait confiance à son entourage et ignorait la composition chimique des shakes qu’il buvait après ses entraînements.

Daniel Ortega et Angel Heredia, qui soutient maintenant qu’il ne travaillait pas pour Bute pour le combat contre Badou Jack, pourraient nous éclairer. By the way, Heredia a confirmé il y a quelques jours qu’il va être le préparateur de Badou Jack pour le combat à multimillions contre James DeGale.

Tabarnak !

BUTE N’EST PAS UN IMBÉCILE

Par ailleurs, Lucian Bute a toujours été un maniaque de la «propreté» dans la boxe. Stéphan ­Larouche m’expliquait vendredi soir, à Trois-Rivières, que le clan Bute achetait ses suppléments alimentaires à Calgary parce qu’on était certain qu’ils avaient été approuvés pour les athlètes olympiques.

Mais surtout, Lucian Bute est intelligent. Il a réussi une maîtrise universitaire en travaillant par Skype avec ses professeurs en Roumanie. Comment cet homme intelligent aurait-il pu consommer sciemment de l’ostarine 24 heures avant un combat en sachant qu’il serait testé? Surtout que le corps humain n’a besoin que de 24 heures pour faire disparaître toute trace de cette molécule, contrairement aux stéroïdes anabolisants qui demandent 28 jours.

Je ne veux pas rentrer dans le roman policier. Mais qui avait intérêt à doper Lucian Bute? Lui-même? Peut-être. Daniel Ortega et Angel Heredia? Ça se peut. Ces préparateurs sont toujours à la recherche de nouvelles recettes qu’ils gardent ­secrètes puisque c’est leur fonds de commerce.

VIVEMENT UNE ENQUÊTE

Mais si on a dopé Bute à son insu, et c’était extrêmement facile dans le bordel foutu par la Commission athlétique du District de Columbia, alors on était certain de gagner. Si Bute battait Jack, il perdait son titre à l’antidopage. De toute façon, les dizaines de millions d’un affrontement Badou Jack-James DeGale étaient protégés.

Mais c’est évidemment de la fiction.

J’espère seulement qu’il va y avoir une sacrée grosse enquête. Lucian Bute n’est pas Lance Armstrong ou Geneviève Jeanson.

Retour de la prohibition à Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES  |  ­Simon Kean, le grand poids lourd d’Eye of the Tiger ­Management, a quelque chose de solide. Je suis allé le voir vendredi soir à Trois-Rivières.

Il a flanqué une raclée méthodique au Mexicain Daniel Cota. Une maudite belle soirée, malgré une chaleur accablante et une sécheresse forcée et imposée par des dirigeantes de la ­Régie des alcools, des courses et des jeux.

La ­Régie a décidé le matin de l’événement d’interdire toute vente d’alcool pendant la soirée. Quelque 1200 amateurs de boxe ont donc souffert de déshydratation pendant que Michel Hamelin, le grand patron de la boxe au Québec, tentait de calmer les esprits.

Lucian Bute : Croire ou ne pas croire ?
Photo Journal de Montréal, Réjean Tremblay

Quand des fonctionnaires sont connes ou cons, c’est ce que ça donne: 1200 amateurs qui suent. Me semble qu’à 35 degrés dans la salle, dans une soirée de boxe, t’as le droit de boire une petite fraîche! C’est quand même tes taxes et tes impôts qui paient le salaire des pas-de-jugement!

Dans mon cas, ça ne changeait pas grand-chose. Je fonctionne au Diet Cola dans ces soirées.

J’ai également été impressionné par le jeune Jordan Balmir de Drummondville et par Batyr Jukenbayev, dont l’adversaire s’est blessé au coude droit. Ça l’a empêché de se faire étendre pour le compte.

Camille Estephan a profité de la soirée pour rendre hommage à Régis Lévesque. Le légendaire promoteur était profondément ému. On va lancer sa biographie jeudi prochain au Beaubien Déli, son deuxième chez-soi.

DANS LE CALEPIN

P.K. SUBBAN n’était pas ­assez bon pour les Jeux olympiques. On le savait. Il n’est pas assez bon non plus pour la Coupe du monde. Peut-être qu’on devrait poser certaines questions à ­Michel Therrien, qui n’a sans doute pas tous les torts...

JONATHAN DROUIN a été formidable. Le jeune avait raison de se tenir debout et d’envoyer promener le ­Lightning en allant se réfugier à Sainte-Agathe. Quand t’as 20 ans, que t’as du talent, t’as le devoir de te tenir debout. Guy Lafleur aurait fait la même chose.