/sacchips
Navigation

Voici la pub sexiste avec Frédéric Beigbeder qui fait réagir la France (VIDÉO)

Voici la pub sexiste avec Frédéric Beigbeder qui fait réagir la France (VIDÉO)
Capture YouTube

Coup d'oeil sur cet article

Justin Trudeau, avec son «Because it’s 2015!», doit, au moment où on se parle, avoir envie de prendre un avion vers la France pour aller donner une petite leçon d’égalité des sexes à Frédéric Beigbeder et à l'entreprise de sous-vêtements DIM.

La toute nouvelle publicité de DIM fait beaucoup réagir en France: non seulement véhicule-t-elle des stéréotypes de l'ordre du: «l’homme réfléchit et la femme fait le ménage», mais elle les valorise et les justifie en utilisant une personnalité connue, en l'occurrence l’auteur à succès Frédéric Beigbeder (99 francs).

L’auteur est devant une bibliothèque gigantesque, symbole d’éducation et de savoir, et tente tant bien que mal d’écrire, incapable de se concentrer car une nymphette en culotte le distrait. Celle-ci l'empêche de réfléchir en le séduisant et en exécutant des tâches domestiques diverses en slip. Le cliché va même jusqu'à la faire déambuler dans la maison en patins à roues alignées.

La publicité controversée se termine avec un: «L’écriture peut attendre.»

La voici:

 

Sexisme dégradant ou humour de mauvais goût?

Une chose est certaine, les réactions fusent de toutes parts sur les réseaux sociaux, où la publicité est déclarée sexiste, rétrograde et puante. La revue Stratégies en fait même le pire flop publicitaire de 2016.

 

On sait que Beigbeder adore le scandale et qu'il ne cache pas ses positions machistes, sexistes et bourgeoises sur une foule de sujets, mais il est difficile, à la vue de cette pub, de ne pas avoir une petite veine qui se gonfle au centre du front, tant on serre les mâchoires.

«Les filles n’ont qu’un jeu à jouer, un jeu vieux comme le monde, celui de tentatrices face auxquelles le génie masculin a parfois quelque coupable quoique bien innocente faiblesse.»

– Frédéric Beigbeder

C’est la seconde collaboration de Beigbeder avec l'entreprise de sous-vêtements DIM, et on espère que ce sera la dernière.

 

Source:

Nouvel Obs