/sports/fighting
Navigation

«Lucian va s'occuper de ses affaires» - Yvon Michel

Lucian Bute (centre)
Photo Le Journal de Montréal, Ben Pelosse Lucian Bute (centre)

Coup d'oeil sur cet article

Yvon Michel n’y peut désormais plus grand-chose dans le dossier de Lucian Bute, accusé de dopage après son échec à des tests après son combat contre Badou Jack, le 30 avril, à Washington.

Le grand manitou du Groupe Yvon Michel (GYM) laisse la balle dans le camp de son boxeur, qui a embauché un avocat pour défendre sa cause. Selon lui, la maison de promotion de boxe fait toujours tout en son pouvoir pour éviter des situations comme celle qui incommode Bute à l’heure actuelle.

«Lucian va s’occuper de ses affaires à partir d’ici, a commenté Michel en entrevue avec la chaîne TVA Sports, lundi. On lui souhaite bonne chance. Pour nous la vie continue.»

«Nous, ça fait longtemps qu’on est en faveur des tests antidopage. Quand on a un champion [des mi-lourds du World Boxing Council] comme Adonis Stevenson, ses adversaires doivent signer une clause antidopage dans le contrat et se soumettre obligatoirement à des tests inopinés.»

Sans s’avancer et sous toute réserve, Michel a fait valoir que Bute a possiblement été sorti d’une sorte de zone de confort en se battant à l’étranger en tant qu’aspirant au titre des super-moyens du WBC.

Des doutes

Le clan du boxeur d’origine roumaine, dont le principal préparateur physique Angel Heredia, entretiennent justement des doutes quant à l’authenticité des contrôles conduits par la D.C. Boxing and Wrestling Commission.

«Quand tu vas à l’extérieur, comme Bute à Washington contre un protégé de Floyd Mayweather, tu n’as pas beaucoup de pouvoir de négociation pour imposer des tests inopinés au lieu que ce soit fait par la commission athlétique locale après le combat», a souligné Michel.

Testé positif à l’ostarine, l’ancien champion de l’International Boxing Federation (IBF) nie avoir consommé toute substance interdite depuis que le président du WBC, Mauricio Sulaiman, a publiquement accusé le Montréalais d’adoption de s’être dopé.

Heredia a lui aussi tenu à s’expliquer dans cette affaire, scandant qu’il était «propre» et que Bute ne lui avait «jamais rien demandé d’illégal».

Les yeux sur Beterbiev

GYM se concentre maintenant sur le duel d'un autre poulain, soit Artur Beterbiev (9-0, 9 K.-O.). Remis d'une blessure à une épaule le Russe effectue un retour dans le ring, après un an d'absence, contre l'Argentin Ezequiel Osvaldo Maderna (23-2, 15 K.-O.), ce samedi au Centre Bell.

«Même si Beterbiev a confiance, je le sens plus fébrile qu'à l'habitude, a noté Michel. Autant chez les amateurs que chez les professionnels, Beterbiev n'a jamais été tenu à l'écart aussi longtemps.»

«Reste que je m'attends à ce qu'il livre un grand spectacle ce week-end.»