/slsj
Navigation

Le déménagement du Musée inévitable

Le Musée Louis-Hémon doit déménager ses pénates au cœur du village de Péribonka.
photo denis hudon Le Musée Louis-Hémon doit déménager ses pénates au cœur du village de Péribonka.

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une légère augmentation du nombre de visiteurs en 2015, les administrateurs du Musée Louis-Hémon de Péribonka sont plus convaincus que jamais qu’un déménagement au cœur du village demeure la seule solution pour assurer la survie de l’institution.

En 2015, quelque 2255 visiteurs ont franchi les portes du musée, soit une hausse de 251 visiteurs par rapport à l’année précédente.

Pour la présidente du conseil d’administration Carole Tremblay, pas question de laisser le musée à l’endroit où il se trouve en ce moment.

«Nous sommes persuadés que ce projet donnera un nouvel élan au Musée Louis-Hémon et qu’il contribuera à écrire un nouveau chapitre de son histoire», a rappelé la présidente lors de l’assemblée générale annuelle qui avait lieu mercredi.

Au 31 mars, le musée enregistrait des revenus de 263 065 $ contre des dépenses de 287 229 $, laissant un déficit de 24 164 $.

RENOUVELER LA CLIENTÈLE

<b>Guylaine Perron</b><br />
DG du Musée Louis-Hémon
Photo courtoisie
Guylaine Perron
DG du Musée Louis-Hémon

Sans surprise, le portrait de la clientèle dressé par le c.a. montre que ce sont les gens du Saguenay–Lac-Saint-Jean qui visitent le plus le Musée Louis-Hémon – 22,9 % de la clientèle – comparativement à 13,3 % provenant de la région de Montréal, 10,3 % de la Montérégie et 10,1 % de la Vieille Capitale.

La clientèle internationale représente 12,7 % des visiteurs, majoritairement de la France. Plus de la moitié de la clientèle (55 %) est âgée de 56 ans et plus.

Le Musée veut courtiser davantage la clientèle scolaire des 0 à 15 ans, qui ne représentent plus que 11 % des visiteurs. Une situation que l’administration souhaite corriger rapidement.

«C’est toujours plus difficile de faire venir des élèves parce qu’il y a des coûts reliés à ces sorties. On sait que les budgets dans les écoles sont serrés. Mais nous ferons les efforts nécessaires pour attirer davantage cette clientèle», assure la directrice générale du Musée, Guylaine Perron.

Rappelons que l’année 2016 marque à la fois le 30e anniversaire du Musée Louis-Hémon et le 100e anniversaire de la première édition du roman Maria Chapdelaine.

Outre la programmation régulière, des activités inédites marquant le 100e sont proposées aux touristes tout l’été.