/lifestyle/food
Navigation

Ça sent la «coupe» bien remplie!

Coup d'oeil sur cet article

Que vous soyez un fan fini de hockey sur glace ou un simple amateur qui regarde seulement les matchs des séries printanières, on peut dire que cette année, on est gâté en ciboulot! La grande finale de la conquête de la coupe Stanley bat son plein cette semaine, et c’est excitant au plus haut point! Je jumelle donc deux de mes grandes passions dans cette chronique: le vin et le hockey!

En juillet 2012, j’avais eu le plaisir de sélectionner les vins pour le party de la Coupe Stanley chez mon voisin et ami, l’ex-joueur-vedette de la LNH Simon Gagné. Rappelons-nous que cette année-là, le prestigieux trophée avait été remporté par les puissants et redoutables Kings de Los Angeles.

Cette année encore, quelques Québécois sont présents chez les deux équipes finalistes. Nous n’avons qu’à penser à Christopher Letang, à Marc-Édouard Vlasic ou à Marc-André Fleury. Voici ce que mes fantasmes de marchand de bonheur me feraient choisir comme type de vin pour eux et leurs coéquipiers lors de leur party de célébration de fin de saison cet été.

Bulles champenoises

Des bulles champenoises à verser dans la coupe pour fêter la consécration ultime? Oui, certainement, et en gros format s’il vous plaît! Ils pourraient remplir le fameux trophée d’un ou deux magnums de champagne signés Bruno Paillard, Billecart-Salmon ou Taittinger et coûtant grosso modo 150 $ la quille.

Si jamais il levait à bout de bras le fort convoité trophée, le vétéran ontarien Joe Thornton aimerait probablement se faire servir un bon cru de la péninsule du Niagara. Ses papilles seraient assurément comblées par le chardonnay d’Ontario du grand Thomas Bachelder. La cuvée se nomme Minéralité, et le proprio des Sharks aurait à débourser 23,25 $ (12610025) la bouteille pour se le procurer.

De grands crus

Comme les joueurs de ces deux équipes professionnelles sont presque tous des millionnaires, voici deux ou trois choix de «gros jus» que je verserais dans leurs verres après le défilé dans les rues de Pittsburgh ou de San José.

Les mordus de pinot pourraient fêter avec un verre de 1er Cru ou de Grand Cru bourguignon signé Domaine de Montille, Louis Jadot, Denis Mortet ou Joseph Faiveley.

La quatrième coupe Stanley de l’histoire des Penguins ou la toute première des Sharks pourrait également être arrosée d’un grandissime Barolo piémontais. Leurs genoux plieraient assurément devant les vins mis en bouteille par Paolo Scavino, Angelo Gaja ou Gianni Gagliardo.

Bonne série finale, les amis!

 

Le vin de la semaine

Coteaux du Languedoc 2014 <br />
Clos des Mûres — Château Paul Mas<br />
Languedoc-Roussillon — France<br />
Code: 913186<br />
Prix: 19,95 $<br />
Servir à 16 °C
Photo courtoisie
Coteaux du Languedoc 2014
Clos des Mûres — Château Paul Mas
Languedoc-Roussillon — France
Code: 913186
Prix: 19,95 $
Servir à 16 °C

De bons gros burgers d’agneau ou de bœuf bien garnis de poivrons multicolores, d’oignons caramélisés, de fromage 1608 lui iront comme un «grand»!

Cette «grosse quille» du sud de la France est remplie d’un vin débordant de fruit, d’éclat et de fraîcheur. Ce Clos des Mûres est toujours aussi envoûtant, juteux, gourmand, généreux et expressif que dans les millésimes précédents. Un assemblage de syrah et de grenache qui se déguste avec joie dès maintenant, mais qui pourra également faire une bonne sieste de quatre ou cinq ans dans la noirceur de votre réserve personnelle. Impeccable, pour 20 douilles!