/sports/opinion/columnists
Navigation

Va-t-on défier Bettman?

Coup d'oeil sur cet article

Avant que les membres du comité consultatif sur l’expansion quittent la salle de conférence, il est clair que Gary Bettman a décrété l’omerta.

« Pas un mot... c’est clair. »

Cinq gouverneurs ont quitté l’endroit par la porte arrière pour ensuite disparaître dans la foule sur l’île de Manhattan. Quatre autres ont affronté les membres de la presse pour leur dire : « Nous n’avons rien à dire. »

Ils auraient pu affirmer qu’ils ne pouvaient rien dire.

Gary Bettman prépare un « gros happening » pour le 22 juin à Las Vegas et il ne veut surtout pas qu’on modifie le scénario parce qu’un ou des propriétaires ont laissé filtrer des informations pertinentes.

La question maintenant est la suivante : « Qui osera défier le commissaire? » Parce que, dans les prochains jours, il y aura sûrement des propriétaires qui discuteront avec quelques-uns de leurs bras droits, il s’en suivra d’autres discussions avec des membres proches de l’organisation et puis, bang, la nouvelle sortira.

Les membres du comité consultatif ont-ils accepté le projet de l’élargissement des cadres? Y aura-t-il des matchs de hockey dans la ville du péché dans 18 mois? Quelle conclusion doit-on tirer de la candidature de Québec? Va-t-on traiter la ville avec autant de respect qu’on le fera semble-t-il pour Las Vegas?

Des interrogations qui jusqu’à maintenant ont soulevé plusieurs rumeurs à savoir que Las Vegas obtiendra une concession pour la saison 2017-2018. Mais, la Ligue nationale et Bettman ne laisseront pas Québec sur la touche. Peut-être que les Nordiques reviendront pour la saison 2018-2019 ou encore peut-être qu’un transfert sera nécessaire à la suite des problèmes financiers de quelques concessions. Il faudra bien fournir des explications sur les décisions prises par les membres du comité consultatif sur lequel Peter Karmanos occupe un siège. Le propriétaire des Hurricanes de la Caroline aura des comptes à rendre aux décideurs de la ligue. Peut-être l’a-t-on déjà questionné sur la situation qui prévaut présentement en Caroline?

Pour l’instant, Bettman se frotte les mains.

Personne n’a émis le moindre commentaire. Mais, croit-il vraiment que l’omerta durera jusqu’au 22 juin?

Je suis persuadé qu’il ne rêve pas en couleurs. Déjà des membres de l’Association des joueurs ont affirmé que lors de leur dernière réunion, on avait discuté uniquement d’une séance de repêchage de l’expansion impliquant une équipe. Pas deux. Une seule formation. Et, on n’a jamais parlé de Québec, ont dit quelques joueurs.

Mais, Bettman garde peut-être une carte bien cachée dans son jeu. Après tout, n’aime-t-il pas la ville de Las Vegas?

« All in... »

Le « Flower » attire l’attention

Guy Lafleur est aussi spectaculaire dans ses déclarations qu’à l’époque où il semait la terreur chez les gardiens de la Ligue nationale.

Invité à commenter les présences publiques de P.K. Subban, parfois avec les Raptors à Cleveland, parfois dans le rôle qu’il tiendra comme maître de cérémonie, l’ex-ailier droit est allé direct au but : « Dans notre temps, on lui aurait asséné un coup de bâton derrière la tête.

« J’étais avec Yvan Cournoyer, lors d’un match au Centre Bell, l’hiver dernier, nous étions dans le corridor adjacent au vestiaire de l’équipe et on l’entendait crier. Yvan m’avait dit, il n’aurait pas fallu qu’il se comporte de la sorte à notre époque. »

Mais, le hockeyeur des années 2000, justement, n’est pas comme le hockeyeur des années 1970. Comme la société n’est plus la même. Mais, on interprète très bien les propos de Lafleur qui soutient que le nom ne doit pas être plus gros que l’écusson devant le chandail.

En d’autres mots, il résume avec des propos étoffés ceux de Serge Savard qui confiait, l’autre jour, après avoir discuté avec Subban : « Je lui ai dit d’être un bon coéquipier. »

En d’autres mots, on veut qu’il entre dans les rangs dans le plus grand respect pour tous ceux qui habitent le même vestiaire...