/slsj
Navigation

150 animaux naturalisés à découvrir aux Halles du bleuet

Des artisans et des producteurs locaux seront également présents à l’exposition qui dure 12 semaines

ART-HALLES DU BLEUET
Photo Courtoisie Environ 150 animaux naturalisés de la collection de Bilodeau Canada passeront l’été aux Halles du bleuet à Dolbeau-Mistassini.

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle attraction touristique voit le jour au nord du Lac-Saint-Jean: une grande exposition de 150 animaux naturalisés aux Halles du bleuet.

Depuis deux ans, le secteur Dolbeau-Mistassini, capitale mondiale du bleuet, bénéficie de sa nouvelle mecque, les Halles du bleuet, une initiative des hommes d’affaires Stéphane Leroyer et Camil Vézina.

Dans un bâtiment rustique qui a déjà abrité la fromagerie des Pères Trappistes, les partenaires ont eu l’idée de créer des halles entièrement dédiées au fruit emblématique de la région. On y retrouve une vingtaine de producteurs de la MRC Maria-Chapdelaine, qui transforment le bleuet en divers produits, soit en confiture, en friandise enrobée de chocolat, en sauce à salade, en miel, etc.

Galerie d’art

Le complexe comprend aussi une galerie d’art où une vingtaine d’artistes locaux peuvent vendre leurs créations durant la saison estivale. «Mais on cherchait quelque chose de plus pour attirer la clientèle et l’amener à rester plus longtemps dans le secteur, qui est déjà desservi par le Zoo de Saint-Félicien, l’Économusée du bleuet et l’usine des pères trappistes. On a eu l’idée de créer un partenariat avec l’entreprise Bilodeau Canada pour présenter quelque chose d’exclusif, soit leur collection de 150 animaux naturalisés», explique en entrevue le copropriétaire Stéphane Leroyer.

«C’est la plus grosse collection du genre au Québec et peut-être même au Canada. Les gens seront surpris et ravis par l’ampleur et la qualité de la collection, où se côtoient l’ours polaire comme l’ours brun, le lion, le tigre, des oiseaux de proie, etc.»

L’exposition vient de prendre l’affiche pour 12 semaines. Le copropriétaire croit que «les jeunes comme les moins jeunes seront ébahis devant ces éléments de la faune boréale qu’ils pourront contempler de très près».

Bilodeau Canada a son économusée pour démystifier la naturalisation des animaux; l’entreprise dirigée par Mario Bilodeau achète la peau d’un animal sauvage à l’état brut, l’apprête pour ensuite la naturaliser ou la transformer en divers produits finis. Elle récupère les sous-produits de l’animal comme les poils, les os, les griffes et la graisse pour en faire des pièces d’artisanat depuis ses installations à Normandin, au nord du Lac-Saint-Jean, où l’on confectionne aussi des accessoires en fourrure.

Bilodeau Canada, qui place sa priorité sur le respect des ressources fauniques, travaille de pair avec des jardins zoologiques et des musées, tout en visant un rayonnement à l’international.