/slsj
Navigation

Les arts en vedette

Le Symposium international de peinture prend son envol cette semaine dans la Zone portuaire

ART-SYMPOSIUM DU SAGUENAY
Photo courtoisie Le Symposium du Saguenay se démarque par la chance qu’il offre de voir à l’œuvre des artistes étrangers comme Shefget Avdush Emini.

Coup d'oeil sur cet article

Sur le thème «Les arts au cœur du royaume», le Symposium international de peinture et de sculpture est de retour cette semaine sur le site enchanteur de la Zone portuaire de Chicoutimi.

Le public peut y voir à l’œuvre 31 créateurs, dont 4 sont venus de l’étranger.

«Au Québec, c’est le seul événement de ce genre à portée internationale», précise Gisèle Gravel, la présidente de l’événement haut en couleur, de retour du 15 au 19 juin.

Bon an, mal an, cette grande fête des arts attire 15 000 visiteurs. «Mais on aimerait accroître ce nombre», dit celle qui assume la présidence depuis cinq ans et qui a pour priorité de sensibiliser les gens à la beauté de l’art, «un exercice bon pour l’âme, le cœur et la tête».

Financement difficile

Le Symposium, créé en 2000, est rendu possible grâce au travail des 13 membres qui forment le comité organisateur et à la collaboration d’une centaine de bénévoles. Le financement pose problème pour l’organisation, laquelle, pour la première année, réclame des frais de 300 $ à chaque artiste participant.

Même si la santé financière est fragile, l’organisation persiste à maintenir la gratuité de l’accès au hangar qui abrite l’événement dans la Zone portuaire de Chicoutimi, «un site exceptionnel au bord du Saguenay», renchérit la porte-parole avec fierté.

Pour Gisèle Gravel, un tel événement est primordial pour la santé culturelle d’une région. «Un symposium, c’est d’abord et avant tout un lieu de rencontre et d’échanges entre des gens qui partagent la même passion pour l’art. Tous les artistes sélectionnés par notre jury doivent travailler devant les visiteurs et partager leurs connaissances.»

Un lieu de création

Les artistes peintres sont tenus d’apporter un maximum de quatre toiles, qu’ils peuvent vendre sur place, tout comme leurs produits dérivés, qui sont plus accessibles. «Un symposium, ce n’est pas un vernissage, c’est un lieu de création», précise la présidente, en ajoutant que des ateliers s’enchaînent tous les jours.

Sur les 31 participants, 4 proviennent de la Suisse, de la Serbie et du Maroc. Pour le reste, le tiers est composé d’artistes locaux et les deux autres tiers viennent d’autres régions du Québec.

À l’issue du Symposium international de peinture et de sculpture du Saguenay Lac-Saint-Jean, deux prix seront remis: le prix du jury et le prix du public.


Les heures d’ouverture: mercredi de 19 h 30 à 21 h 30 ; jeudi, vendredi et samedi de 9 h à 21 h 30; dimanche, de 9 h à 22 h. Entrée gratuite.