/news/politics
Navigation

Bernard Drainville quitte la vie politique pour coanimer une émission de radio à Québec

Bernard Drainville
Photo Journal de Québec, Simon Clark Bernard Drainville

Coup d'oeil sur cet article

Le député de Marie-Victorin et le leader parlementaire du Parti québécois (PQ), Bernard Drainville, quitterait la vie politique, a appris La Presse Canadienne.

Bernard Drainville porte un coup dur au Parti québécois et troque la politique pour un retour dans les médias au FM93.

Le député péquiste annoncera mardi matin qu'il démissionne de son siège de député de Marie-Victorin pour coanimer l'émission du midi sur les ondes de Cogeco avec Éric Duhaime.

Cette nouvelle a créé une onde de choc dans les rangs péquistes, même si certains s'en doutaient. «C'est épouvantable», a réagi un de ses collègues députés, sous le seau de la confidentialité.

Au sein de sa famille politique, on s'entend pour dire que Bernard Drainville était un pilier du PQ, qu'on aime ou pas son style.

Selon nos informations, le départ soudain de Pierre Karl Péladeau n'est pas étranger à cette décision du député de Marie-Victorin, qui avait développé une réelle complicité avec l'ex-chef du PQ.

Inexpérimenté en politique, l'ex-député de Saint-Jérôme comptait beaucoup sur les qualités de communicateur de Bernard Drainville pour l'épauler. M. Péladeau avait même tassé Stéphane Bédard du stratégique poste de leader parlementaire au profit de l'ex-journaliste. La démission fracassante de PKP l'a ébranlé.

Père de la Charte des valeurs

Les dernières années n'ont pas été de tout repos pour le député de Marie-Victorin. Après avoir porté à bout de bras la controversée Charte des valeurs du gouvernement Marois, qui lui a collé à la peau, Bernard Drainville s'était porté candidat au trône péquiste en 2015, avant de se rallier à Pierre Karl Péladeau. Il avait décidé de passer son tour cette fois-ci, une décision qui avait été prise en famille.

C'est un retour aux sources pour Bernard Drainville, qui a été journaliste et animateur à Radio-Canada avant de se lancer dans l'arène politique en 2007.

Sur les ondes du FM93, il remplacera Nathalie Normandeau - accusée de complot, fraude et abus de confiance - qui animait en duo l'émission du midi à Québec jusqu'en mars dernier. L'ex-ministre libérale gagnait 165 000$ par an, a-t-on appris récemment dans le cadre de la poursuite qu'elle a déposé au tribunal pour congédiement illégal.

Puisqu'il quitte en cours de mandat son siège de député, Bernard Drainville ne pourra pas toucher de prime de départ. Son départ impliquera néanmoins la tenue d'une élection partielle dans la circonscription de Saint-Jérôme, qui coûte environ 500 000$ de fonds publics.

«Un élu qui choisi de son plein gré de démissionner en cours de mandat ne respecte pas le contrat moral qu'il a pris avec ses électeurs», a-t-il déclaré en 2013, alors qu'il était ministre des Institutions démocratiques.

La députée péquiste Agnès Maltais a signifié son malaise avec cette décision de quitter en cours de mandat. «C’est un collègue estimé que j’aimais. Maintenant, il part à mi-mandat, j’ai jamais aimé ça», a lâché la députée de Taschereau, en entrevue lundi après-midi dans Landry dans le retour sur les ondes d’Énergie 98,9.

Qui est Bernard Drainville?

- 53 ans
- Père de trois enfants
- Ancien journaliste et animateur à Radio-Canada
- Député de Marie-Victorin depuis 2007
- Ministre responsable des Institutions démocratiques dans le gouvernement Marois

 Vives réactions de ses collègues

«C’est une énorme perte pour le Parti québécois, c’est un énorme gain pour les auditeurs de la région de Québec»

— Jean-François Lisée, député de Rosemont et aspirant chef péquiste

«C’est la même tristesse qui m’habite que lorsque Stéphane Bédard nous a quittés; ça prend un coup de barre au Parti québécois, tant au niveau de l’aile parlementaire qu’au niveau du parti; il faut qu’on renoue avec l’audace, il faut aussi renouer avec le terrain»

− Martine Ouellet, députée de Vachon et aspirante chef péquiste

«C’est un collègue estimé que j’aimais. Maintenant, il part à mi-mandat; j’ai jamais aimé ça»

− Agnès Maltais, députée de Taschereau, sur les ondes d’Énergie 98,9