/news/provincial
Navigation

Gilles Lamontagne a «tout accompli» dit Deltell

Le député conservateur rend hommage à l’ex-maire de Québec

Gilles Lamontagne a «tout accompli» dit Deltell
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNALD

Coup d'oeil sur cet article

Le député conservateur Gérard Deltell a rendu un vibrant hommage, mercredi, à Gilles Lamontagne, un homme qui a marqué son époque, qui a «tout accompli» et qui a su le faire avec brio sans jamais se faire d’ennemis politiques.


L’ancien maire de Québec, décédé mardi, était un homme de «grands accomplissements», a-t-il partagé en entrevue avec Le Journal, lui vouant un profond respect. Gérard Deltell a eu l’occasion de le côtoyer «des centaines de fois» dans les trente-trois dernières années.


«La première fois que je lui ai parlé en 1983, je travaillais sur la colline parlementaire (à Ottawa). J’avais un emploi d’été et on a jasé une grosse demi-heure. Lui, il était ministre et il avait pris le temps de me parler longtemps. Il était très généreux de son temps et il était très humble», fait-il remarquer. 

À l’époque où il était journaliste à TQS, Gérard Deltell a réalisé quelques reportages avec lui, notamment sur sa capture par les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale.

«Au début, il avait refusé mais je lui avais expliqué son témoignage permettrait aux jeunes de mieux comprendre le sacrifice qu’il avait fait pour qu’on puisse vivre en liberté. Il m’avait finalement dit oui mais il insistait pour que je parle de tous ses compagnons d’armes et de ceux qui ont perdu la vie.»

Un homme conciliant

L’ex-politicien préférait le compromis à la chicane. Il cherchait «davantage l’alliance que la confrontation. C’est pourquoi il sera réélu sans opposition», note M. Deltell dans un long message publié ce matin sur sa page Facebook.

En entrevue, il en rajoute. «C’est un homme qui cherchait davantage la conciliation que l’affrontement. Lui, il ne démolissait pas ses adversaires. Il les attaquait correctement. À l’époque, c’était un style très populaire qui l’a amené à faire de grandes choses. Il a donné un souffle nouveau à la vie municipale», ajoute-t-il.

«Même si M. L’Allier était un adversaire de la philosophie de M. Lamontagne, ils se respectaient énormément. Des adversaires de M. Lamontagne, je n’en connais pas. C’est rare en politique». 

Gilles Lamontagne, dit-il, a couvert tous les angles de la politique et il l’a toujours fait avec dignité et honneur. «Il n’y a pas de personnalité plus impressionnante que lui».