/news/provincial
Navigation

Les pitbulls interdits à Québec dès le 1er janvier 2017

Coup d'oeil sur cet article

Les propriétaires de pitbulls à Québec devront se départir de leur chien qui sera interdit à partir de janvier. Une nouvelle qui a déclenché un déferlement de haine et de menaces à l’endroit du maire.

Régis Labeaume est passé de la parole aux actes. Le comité exécutif a adopté un règlement pour interdire de garder ou de posséder un pitbull sur le territoire de Québec à partir du 1er janvier 2017.

«On ne veut plus de pitbulls à Québec», a martelé jeudi M. Labeaume. Il souligne que sa réflexion s’est faite «en bon père de famille». «Si j’avais des enfants à la maison et que mon voisin possédait un pitbull, comment je me sentirais? Je ne me sentirais pas en sécurité.»

Il n’y aura pas de droit acquis pour les citoyens qui sont déjà propriétaires, a avisé le maire. Ceux-ci devront donc se départir de leur animal. Les récalcitrants recevront des amendes et ultimement, leur chien pourra être saisi «sous ordre de la cour». Le maire a concédé que l’application du nouveau règlement serait «laborieuse». Il espère que le cadre règlementaire promis par le provincial aidera un peu.

Internautes en furie

La nouvelle n’a pas tardé à déchaîner les passions sur les réseaux sociaux. La page Facebook du maire a été envahie d’un raz-de-marée de commentaires haineux. En quatre heures, près de 5000 messages — très majoritairement contre la décision — avaient été envoyés. Les plus posés dénonçaient l’euthanasie à venir de centaines de chiens alors que les plus radicaux comparaient le maire à Hitler.

«Un vrai sans cœur, tu ne mérites pas de vivre», écrivait un des internautes, à l’endroit de Régis Labeaume. «Ça va te prendre une armée de cochons pour te protéger» ou «C’est lui qu’on devrait tuer», écrivent d’autres.

La police prend ça au sérieux

Appelé à réagir, le maire s’est dit choqué. «J’ai jamais vu des réactions aussi violentes et haineuses. Mais c’est la vie. Je suis payé pour ça.»

La police de Québec assure qu’elle garde un œil sur la situation. «On suit ce qui se passe sur les médias sociaux. Il n’y a pas de plainte officielle de portée en ce moment, mais on prend ça au sérieux», a indiqué la porte-parole Nancy Roussel.

Le ministre des Affaires municipales et ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a fait savoir que son gouvernement souhaite arriver à une solution dès août prochain pour encadrer non seulement les pitbulls, mais aussi les chiens dangereux.

Questionné à savoir si la Ville de Québec a procédé trop rapidement, M. Coiteux a affirmé que «les villes font ce qu’elles croient devoir faire et c’est très bien que ça soit ainsi».

«Il est possible que ça nécessite une législation qui va s’appliquer sur l’ensemble du territoire», a indiqué le ministre.

— Avec la collaboration de Taïeb Moalla, Marc-André Gagnon et Nicolas Saillant

Ce que le maire Labeaume a dit

«Nous bannissons les pitbulls parce que ce sont des chiens particulièrement agressifs et imprévisibles, reconnus pour infliger des blessures graves.»

307 pitbulls enregistrés à Québec


Nouveau règlement

«Il est interdit à toute personne de garder ou d’avoir en sa possession un chien de la race des Staffordshire Bull Terriers mieux connu sous l’appellation pitbull.»

Races visées: Bull Terrier, Staffordshire Bull Terrier, American Bull Terrier et American Staffordshire Terrier ainsi que leurs hybrides et croisements.

Amendes: Jusqu’à 1000 $ pour une première offense et 2000 $ pour une deuxième

Les pitbulls sont déjà interdits à Lévis, L’Ancienne-Lorette et Saint-Augustin