/news/politics
Navigation

157 M$ de moins dans les coffres d’Hydro

Les contrats spéciaux avec les alumineries continuent de coûter une fortune

Alcoa
photo courtoisie L’usine d’Alcoa, à Bécancour, a demandé à Hydro-Québec de renégocier son entente d’approvisionnement en électricité.

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que Québec songe à consentir de nouveaux tarifs préférentiels d’électricité à Alcoa, Hydro-Québec a inscrit un manque à gagner de 157 millions $ l’an dernier lié aux contrats spéciaux avec les alumineries, a appris Le Journal.

Les données obtenues indiquent que les contrats spéciaux dits à partage de risques n’ont clairement pas été à l’avantage d’Hydro-Québec en 2015.

Résultat: Hydro-Québec a été contrainte d’inscrire une incidence défavorable de 157 millions $ sur son bénéfice net l’an dernier.

Jamais favorable à Hydro

Il faut dire que ces contrats signés dans les années 1980 avec neuf alumineries et renégociés récemment n’ont jamais été favorables à la société d’État.

En 2014, Hydro-Québec avait inscrit un manque à gagner de 247 millions $ à ses états financiers. Depuis 1987, la société d’État a accumulé des manques à gagner de plus de 3,5 milliards $ liés spécifiquement à ces ententes.

Ces contrats jouissent pourtant d’une formule de prix négociée incluant plusieurs variables, dont le cours mondial de l’aluminium et la valeur des dollars canadien et américain.

Dans ces contrats étalés sur 15 et 20 ans, le prix de l’électricité doit rejoindre idéalement dans le temps celui du tarif industriel L (actuellement de 4,9 cents le kilowatt-heure) offert aux clients utilisateurs de grandes puissances. Ce n’est cependant jamais arrivé.

Programme de couverture

Afin de minimiser les impacts financiers liés à ces contrats spéciaux, Hydro-Québec dit avoir recours à des programmes de couverture. «Les contrats spéciaux ont eu une incidence défavorable de 135 millions $ sur le bénéfice net d’Hydro‐Québec l’an dernier lorsqu’on tient compte des opérations de couverture, comparativement à 122 millions $ en 2014», a indiqué un porte-parole d’Hydro-Québec, Serge Abergel.

Selon l’analyste en énergie Jean-François Blain, les tarifs préférentiels offerts aux alumineries privent le Québec de revenus considérables année après année.

«C’est de l’argent qu’Hydro-Québec doit aller chercher d’une manière ou d’une autre ailleurs, dans les poches de ses autres clients», a résumé M. Blain.

En 2014, Québec a d’ailleurs reconduit avec le géant Alcoa un contrat spécial de vente de 6 térawattheures sur 20 ans à un tarif moyen de 3,3 cents le kilowatt-heure.

Alcoa conteste maintenant ce tarif et demande une réouverture de l’entente à la baisse.

Manques à gagner liés aux contrats spéciaux avec les alumineries chez Hydro-Québec

  • 2009 : 254 M$
  • 2010 : 159 M$
  • 2011 : 159 M$
  • 2012 : 238 M$
  • 2013 : 240 M$
  • 2014 : 247 M$
  • 2015 : 57 M$

Source: Hydro-Québec et Régie de l’énergie