/news/green
Navigation

Exploitation d'hydrocarbures en Gaspésie: des écologistes empêchent deux ministres de faire une annonce

Les ministres Jean D’Amour et Sébastien Proulx devaient faire une annonce économique en Gaspésie

Une quarantaine d’écologistes ont occupé la salle où devait être faite une annonce économique de deux ministres provinciaux très attendue en Gaspésie.
Photo collaboration spéciale, Karyne Boudreau Une quarantaine d’écologistes ont occupé la salle où devait être faite une annonce économique de deux ministres provinciaux très attendue en Gaspésie.

Coup d'oeil sur cet article

GASPÉ | Une quarantaine de militants écologistes ont empêché les ministres Jean D’Amour et Sébastien Proulx de faire une annonce économique en Gaspésie.

Les deux ministres s’étaient déplacés pour annoncer une subvention pour l’élaboration d’un plan de développement en vue de l’implantation d’une zone industrio-portuaire réclamée depuis longtemps en Gaspésie.

Mais des militants écologistes qui font actuellement le tour de la Gaspésie à la marche pour dénoncer le développement pétrolier du Québec ont occupé la salle où les ministres devaient parler.

Quatre policiers ont tenté en vain d’identifier les responsables de l’occupation.

Complice des pétrolières

Après plusieurs minutes, les organisateurs ont annoncé l’annulation de la conférence sous les applaudissements des écologistes, contents d’avoir pu passer leur message à la place des libéraux.

Les ministres Sébastien Proulx et Jean D’Amour étaient alors au sous-sol de l’édifice pour rencontrer les acteurs économiques gaspésiens.

«On représente des gens qui ne sont pas à l’aise avec la fracturation hydraulique. Le BAPE n’est pas mis en place, la population n’a pas de lieu pour exprimer ses revendications», a déclaré Pierre Buchwalder, un des manifestants.

Les manifestants interrogés dénoncent notamment que le gouvernement se fasse complice des pétrolières sans consulter la population.

Pas d’accord

Selon plusieurs marcheurs qui sont partis d’Amqui le 29 mai dernier, une grande part de la population gaspésienne ne serait pas d’accord avec les projets des pétrolières et de l’État québécois qui a déjà investi plusieurs millions de dollars dans cette avenue par le biais de Ressources Québec, une filiale d’Investissement Québec.

«Le gouvernement devient actionnaires des pétrolières. Il est responsable des projets qui se font ici, en Gaspésie. Des projets qui se réalisent sans le consentement de la population. S’ils ne veulent pas nous écouter ni répondre à nos questions, qu’ils retournent faire leurs devoirs. On n’a pas besoin de les avoir ici», a dit Pascal Bergeron, porte-parole d’Environnement Vert Plus, un organisme gaspésien.

Lundi après-midi, la Marche des peuples pour la terre mère a repris sa route vers le côté nord de la Gaspésie.