/opinion/columnists
Navigation

Quand La Presse fait du Québec-bashing

Coup d'oeil sur cet article

C’est la faute des Québécois. Of course. Dans un texte intitulé «La différence québécoise», à la une de La Presse +, sur une étude universitaire sur les motivations des combattants étrangers en Syrie, le journaliste Marc Thibodeau écrit que des Québécois ayant quitté la province pour grossir les rangs d’organisations extrémistes auraient été motivés par «la discrimination qu’ils auraient subie en raison de leurs convictions religieuses».

Alors qu’aucun autre Canadien interviewé n’aurait cité la discrimination comme motif de radicalisation.

C’est donc la faute aux Québécois.

Maudite société distincte

Le vieux canard du racisme plus toléré­­ au Québec que nulle part ailleurs fait coin-coin dans les médias du Canada anglais depuis longtemps. En 2005, quand l’Assemblée nationale a voté à l’unanimité la motion de Fatima Houda-Pépin contre l’implantation de tribunaux islamiques au Québec, le Globe and Mail a accusé Jean Charest d’envoyer un message hostile, inflammatoire, bizarre et inutile dans une société pluraliste. Bref, d’être «un-Canadian».

Mais voilà qu’en 2016 La Presse devient la courroie de transmission d’accusations d’islamophobie «particulièrement inquiétante» au Québec.

J’ai eu le professeur Dawson au téléphone, qui a été surpris par le texte de Marc Thibodeau. «J’ai parlé à ce journaliste sur un autre sujet et à la fin de l’entrevue, nous avons échangé rapidement sur la radicalisation au Québec. Je ne pensais pas que ça se rendrait là.»

Primo, la recherche n’est pas terminée. Commencée en 2014, il resterait encore deux ans de travail, selon lui.

Secundo, sur 20 combattants étrangers, sept étaient canadiens, dont trois du Québec et une dizaine de leurs proches.

C’est un peu court pour titrer «La différence québécoise», non ?

Selon Lorne Dawson, seulement deux des trois Québécois interviewés par les réseaux sociaux auraient fait des commentaires qu’il qualifie de «très en passant» («very passing comments») sur la discrimination dont ils auraient été victimes. «Il y a beaucoup d’autres explications, m’a-t-il dit, la colère contre Bachar al Assad, l’identité, le besoin de se justifier.»

Le chercheur croit néanmoins que la «différence» québécoise mérite d’être étudiée, citant une étude de la Commission des droits de la personne du Québec selon laquelle 43 % des Québécois verraient d’un mauvais œil les non-chrétiens.

Désolée, l’étude dit que 43 % des Québécois se méfient des gens qui affichent trop clairement leur religion.

L’islamophobie au service de l’islamisme

Marc Thibodeau cite aussi la lettre ouverte d’un ex-recherchiste du professeur, Hicham Tiflati, publiée par le Toronto Star en décembre dernier, qui soulignait, en gros traits gras, l’hostilité ouverte et unique des Québécois face à l’identité religieuse musulmane. Texte qui a fait bondir, avec raison.

Or, il ne mentionne ni son nom, Hicham Tiflati, ni son congédiement du Centre de prévention de la radicalisation de Montréal, ni son travail d’enseignant dans une école montréalaise privée non subventionnée, mais légale, liée aux Frères musulmans où le voile est obligatoire. Seulement que la lettre avait été écrite par un collaborateur de M. Dawson. Ex-collaborateur, ai-je appris. Contrairement au cosignataire, Amarnath Amarasingam, qui demeure associé au professeur ontarien­­.

Les islamistes adorent l’islamophobie. C’est leur meilleure arme pour ramener les musulmans «égarés» (éclairés?) vers l’oumma, la grande famille musulmane mondiale et ensuite, vers une pratique fondamentaliste et une séparation du monde des mécréants.

Comment des journalistes professionnels, des médias sérieux et d’estimés universitaires font-ils pour tomber dans le panneau ?