/sports/hockey
Navigation

Encore et toujours l’attente...

La LNH a de bons mots pour Québec, mais seule Las Vegas hérite d’une équipe d’expansion

Le commissaire de la LNH, Gary Bettman
AFP Le commissaire de la LNH, Gary Bettman

Coup d'oeil sur cet article

LAS VEGAS | Même si la LNH a chanté la louange de Québec comme potentiel marché pour le futur, le présent a été consacré comme prévu à Las Vegas, avec l'octroi d'une équipe d'expansion pour la saison 2017-18. L'attente pour les fervents du retour des Nordiques devra donc se poursuivre. Encore...

Le commissaire Gary Bettman a officialisé la décision des gouverneurs du circuit, qui n'était plus qu'un secret de Polichinelle.

Lors de son allocution, il a toutefois choisi ses mots en affirmant que la candidature de Québec n'était pas rejetée, mais «reportée».

«La décision de retarder implique des éléments qui sont hors du contrôle de Québec, dont la fluctuation du dollar canadien. La volatilité du dollar a nui à la candidature, tout comme le déséquilibre des conférences. Le comité a aussi conclu qu'il était dans le meilleur intérêt de la ligue de limiter l'accès à un club d'expansion pour le bien des équipes en place qui doivent protéger leurs joueurs», a expliqué le grand patron de la LNH dans un chic hôtel de Las Vegas.

Sur le radar

Bettman a élaboré davantage après son point de presse en réitérant sa confiance en Québecor pour porter le dossier, sans toutefois préciser d'échéancier sur un retour hypothétique de Québec dans la LNH.

«C'était la décision à prendre dans le contexte du moment, mais Québec demeure sur notre écran radar, pour un autre jour, peut-être, si les circonstances nous le permettent. Pour l'instant, ce n'était pas une possibilité réaliste. Nous avons établi cette conclusion et Québecor, qui est un partenaire extraordinaire, a compris la situation», a-t-il expliqué.

«Il n'y a pas de plan formel après aujourd'hui», s'est-il empressé d'ajouter. La présentation de Québecor a été assez convaincante pour nous convaincre de la garder en tête. Cette candidature continue de représenter une belle opportunité pour la ligue.»

Le support corporatif

Dans les dernières semaines, des observateurs ont laissé entendre que la taille du marché de Québec, mais surtout le support corporatif autour de l'équipe, aurait refroidi les gouverneurs. Pas selon le commissaire adjoint, Bill Daly.

«Le support corporatif pourrait être un point d'interrogation, mais pas un facteur déterminant. Québec est un petit marché, mais nous sommes satisfaits de ce que Québecor nous a démontré comme potentiel de support corporatif. Je pense que sur ce point, Québec a passé le test et ce n'est pas ce qui va l'empêcher d'avoir une équipe.

De la rancune?

Malgré le message positif de la ligue à l'endroit de Québec, les amateurs qui réclament un club risquent fortement de demeurer sur leur appétit. Les bonzes du circuit souhaitent toutefois qu'ils ne perdent pas espoir.

«Nous n'étions pas responsables du départ de l'équipe il y a un peu plus de 20 ans. Nous savons que les amateurs de Québec sont des mordus de hockey et nous espérons qu'ils le resteront. Perdre une équipe est toujours difficile, mais ça l'est encore plus de la retrouver. Ce n'est toutefois pas impossible, comme on l'a vu ailleurs», a noté Gary Bettman.