/news/consumer
Navigation

300$ pour une crème «gratuite»

Plus de 200 clients ont porté plainte à l’Office de la protection du consommateur

linda roy
Photo Journal de Montréal, Marie-Ève Dumont

Coup d'oeil sur cet article

Des Québécois qui croyaient se procurer des échantillons gratuits de crème anti-âge se sont plutôt retrouvés avec une facture de 300 $ prélevés à leur insu sur leur carte de crédit.

«Je suis toujours en train de courir après les enfants. Un soir, je me suis dit que je pourrais me gâter, faire un petit quelque chose pour prendre soin de moi alors j’ai commandé la crème. Je regrette cette petite folie», déplore Linda Roy, résidente de Sainte-Julienne dans Lanaudière.

Mme Roy, comme bien d’autres internautes, a été séduite par une publicité sur Facebook de la compagnie Tru Belleza, qui offrait des échantillons gratuits d’une crème anti-âge.

Seuls des frais de poste d’un peu plus de 5 $ devaient être exigés. Mais une quinzaine de jours après la commande, un premier montant autour de 150 $ était prélevé sur la carte de crédit des clients, en plus d’un second montant semblable quelques jours plus tard, selon le type d’échantillon commandé.

De plus, si les clients n’annulaient pas le contrat ou carrément leur carte de crédit, un autre 100 $ US était facturé chaque mois.

«Jamais ce n’est écrit qu’on va prélever 300 $. Si ce n’est pas voler, c’est proche. Je suis un honnête citoyen, je travaille fort pour gagner mon argent et je me fais voler en voulant faire plaisir à ma femme», s’insurge Yves Trottier, un client lésé de Princeville, dans le Centre-du-Québec.

« Faire comme Céline »

Une version de la publicité affichait même une photo de Céline Dion et invitait les gens «à faire comme la chanteuse» et à se procurer la crème pour faire disparaître leurs pattes-d’oie.

Jacynthe Therrien de Québec est notamment l’une des clientes qui croyaient que le produit était endossé par la vedette internationale, ce qui l’a faussement mise en confiance.

«On y voyait des photos de Céline avant et après, dit Mme Therrien. Ça disait aussi qu’elle nous révélait son secret beauté. J’y ai cru et je me suis dit que c’était juste pour essayer», souligne une autre cliente trompée».

Plus de 200 plaintes

L’entourage de Céline Dion a confirmé au Journal que la chanteuse n’était pas associée à cette compagnie.

«Les avocats des Productions Feeling sont présentement sur le dossier», a-t-on indiqué.

Le Journal a parlé à plus d’une demi-douzaine de clients et un seul a pu se faire rembourser par sa compagnie de carte de crédit, tandis que deux autres ont réussi à recevoir une petite compensation de Tru Belleza après de multiples appels et courriels, mais aucun remboursement complet.

L’Office de la protection du consommateur (OPC) a reçu 222 plaintes jusqu’à présent concernant la compagnie Tru Belleza, notamment pour pratique trompeuse et déloyale.

Ce que dit la loi

L’article 230c de la Loi sur la protection du consommateur stipule qu’il est interdit pour un commerçant «d’exiger du consommateur à qui il a fourni, gratuitement ou à un prix réduit, un service ou un bien pendant une période déterminée, un avis au terme de cette période indiquant qu’il ne souhaite pas obtenir ce service ou ce bien au prix courant».

♦ Ce qui veut dire que si le client doit faire les démarches par lui-même pour annuler son «abonnement», l’entreprise contrevient à la loi.

♦ L’OPC mène présentement son enquête afin de déterminer si l’entreprise Tru Belleza contrevient bel et bien à la loi.

♦ L’organisme conseille aux clients qui se disent lésés de contacter d’abord leur compagnie de carte de crédit pour tenter d’obtenir un remboursement.

♦ Ils peuvent par la suite tenter d’entrer en contact avec la compagnie pour être remboursés.