/sports/others
Navigation

Tour de France: les marchands de vitesse visent le maillot jaune

Le célèbre tour cycliste français se met en branle samedi

CYCLING-FRA-TDF2016-TRAINING
Photo AFP Romain Bardet et les membres de l’équipe AG2R La Mondiale s’entraînaient hier à Saint-Lo en prévision du Tour de France, qui débutera dès samedi.

Coup d'oeil sur cet article

Bayeux, FRANCE | En ce début de Tour de France, les meilleurs sprinteurs du monde rêvent tous d’une victoire d’étape, avec la chance unique d’endosser le maillot jaune.

La formation française Direct Énergie ne fait pas exception à la règle avec la fusée Bryan Coquard qui sera propulsée par le Québécois Antoine Duchesne et ses équipiers.

L’équipe vendéenne, anciennement Europcar, n’a pas savouré de succès sur la Grande Boucle depuis 2012, alors que Thomas Voeckler et Pierre Rolland avaient remporté trois étapes.

Quatre ans plus tard, l’impatience commence à se faire sentir.

Une confiance élevée

«Bryan est très confiant. On joue la gang et on laisse tomber les échappées», a lancé le patron Jean-René Bernaudeau.

Le Tour 2016 pourrait commencer comme il s’est terminé l’an dernier à Paris, soit un affrontement entre le nouveau champion allemand André Greipel (Lotto-Soudal) et Bryan Coquard, assoiffé de victoire.

Le Français de 24 ans veut prendre sa revanche en inscrivant une première étape du Tour à son palmarès. Les deux athlètes logent au même hôtel, mais évitent de se croiser depuis trois jours.

«Le plan, c’est de gagner», a affirmé Coquard, vainqueur de 13 courses cette saison, un sommet non atteint par ses adversaires.

À moins d’une surprise, le premier maillot jaune du Tour de France devrait revenir à un sprinteur après les 188 kilomètres entre le Mont-Saint-Michel et la plage normande Utah Beach.

Le champion du monde, le Slovaque Peter Sagan, de même que les coureurs Marcel Kittel, Mark Cavendish et Alexander Kristoff ont tous le même objectif. Avec Greipel, ce quintette cumule un impressionnant total de 50 victoires d’étape sur le Tour.

Outre Coquard, John Degenkolb et Michael Matthews veulent aussi se joindre à ce club sélect en remportant leur première étape en carrière. Le Norvégien Edvald Boasson Hagen a également retrouvé la forme.

Coquard pourrait manquer d’un peu de puissance sur le profil tout plat aujourd’hui, et l’arrivée de demain à Cherbourg lui convient mieux. En cas d’échec aujourd’hui, remporter le maillot jaune est toujours possible.

La côte de La Glacerie avec un passage de 1,9 km à 6,5 % devrait écarter d’autres sprinteurs qui risquent d’exploser dans l’ascension.

Une occasion rêvée

«Cherbourg convient bien à Bryan», a ajouté Bernaudeau, qui a fait reconnaître le parcours à ses protégés.

«C’est le seul sprinteur qui est capable d’être là, en haut de la côte, avec Sagan peut-être. Les chances d’aller chercher le jaune sont bonnes. On a vraiment cette étape en point de mire», a confié Antoine Duchesne.

Cette année, environ six étapes semblent promises aux sprinteurs. Peter Sagan semble intouchable pour le maillot vert du classement aux points.

Samedi 1re étape

  • Mont-Saint-Michel - Utah Beach, Sainte-Marie-du-Mont
  • 188 KM

Les favoris du 103e Tour de France

1-Christopher Froome, 31 ans - Grande-Bretagne - Équipe SKY

2-Alberto Contador, 33 ans - Espagne - Équipe Tinkoff

3-Nairo - Alexander Quintana, 26 ans - Colombie - Équipe Movistar

4-Vincenzo Nibali, 31 ans - Italie - Équipe Astana

5-Fabio Aru, 26 ans - Italie - Équipe Astana

Maillot blanc, meilleur jeune de 25 ans ou moins

Warren Barguil - Giant-Alpecin

Julian Alaphilippe - Etixx- Quick Step

À surveiller

Rafal Majka, 26 ans - Pologne -  Équipe Tinkoff

Thibaut Pinot, 26 ans - France - Équipe FDJ

Bauke Mollema, 29 ans - Pays-Bas - Équipe Trek-Segafredo

Richie Porte, 31 ans - Australie - Équipe BMC

Joaquim Rodriguez, 37 ans - Espagne - Équipe Katusha

Peter Sagan, 26 ans - Slovaquie - Équipe Tinkoff

Antoine Duchesne (deuxième à gauche) a fait une dernière sortie de préparation avant d’entamer son premier Tour de France.
Photo Le Journal de Québec, Jean-François Racine
Antoine Duchesne (deuxième à gauche) a fait une dernière sortie de préparation avant d’entamer son premier Tour de France.

Duchesne prêt à affronter le monstre

Bayeux, FRANCE  |  Calme en apparence, Antoine Duchesne a profité d’une brève accalmie vendredi, avant d’épingler son premier dossard du Tour de France, un événement monstre qu’il devra apprendre à dompter au fil des 21 jours de course.

«Je suis impatient. Ça fait cinq jours que je me sens prêt et j’ai hâte de partir. J’essaye de faire comme si c’était une course comme les autres, même si je sais que c’est impossible. J’ai un travail important à faire. Pour le moment, je dors bien. On verra au départ!»

Tôt samedi matin, Duchesne portera le numéro 173 sur le Tour. Dans le train de l’équipe, son rôle sera de tenir le coup pour placer Bryan Coquard jusqu’à environ deux kilomètres. Côté météo, le temps frais ne devrait pas dépasser 16 °C avec quelques averses et de forts vents en Basse-Normandie.

Il aura fallu attendre un siècle avant de voir un premier cycliste né dans la Belle Province participer à l’épreuve. Trois ans plus tard, les passionnés de cyclisme sont heureux de voir un autre talent local atteindre le sommet.

Pas de crainte

«Je le sens excité, peut-être trop même! C’est normal, c’est son premier. Le contraire serait inquiétant. Il faut en profiter et trouver le bon compromis. Après tout va se mettre en place. On a 100 % confiance en lui», a résumé le vétéran Thomas Voeckler.

Pour plusieurs, les heures à écouler avant le départ sont plutôt longues avec tout l’aspect protocolaire de ce sport. Pour une dernière fois avant Paris, la vedette Mark Cavendish jouait avec ses deux enfants dans le lobby hall de l’hôtel.

Duchesne, pour sa part, accordait une entrevue au quotidien français Le Monde, qui s’intéressait à l’aspect francophone du Québec et à l’attachement envers le Tour.

Trois semaines avec les Pyrénées et les Alpes à franchir ne font pas peur au cycliste originaire de Saguenay.

«L’année dernière à la Vuelta, tout a vraiment bien été. Tu te réveilles fatigué, mais tout le monde a mal comme toi dans le peloton.»

En bref...

- Un nouveau système de tracking installé sur les vélos permettra d’obtenir un flux de données supplémentaires.
- Chaque jour, 14 coureurs porteront aussi des caméras.
- Des caméras thermiques traqueront les moteurs et la tricherie technologique.