/entertainment/shows
Navigation

Christian Laveau vit un rêve avec le Cirque du Soleil

Christian Laveau vit un rêve avec le Cirque du Soleil
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Chanteur principal du spectacle «Totem», Christian Laveau poursuit sa longue odyssée avec le Cirque du Soleil à travers la planète avec déjà plus de 2000 représentations à son actif.

Une «vie de rêve» reconnaît l’Amérindien. Et dire qu’au début, il avait refusé l’invitation de Robert Lepage pour se joindre au spectacle...

Entre deux séries de représentations au Japon, le chanteur et joueur de tambour est venu se ressourcer dans son patelin de Wendake, en banlieue de Québec. «C’est bien beau de parcourir la planète, en passant d’une chambre d’hôtel à une autre, mais j’ai besoin de retrouver ma famille et le silence de la forêt».

Ça fait déjà sept ans que le Québécois sillonne le monde avec le spectacle «Totem», écrit et mis en scène par Robert Lepage, et dans lequel le chanteur tient un rôle majeur puisqu’il est présent du début à la fin.

Robert Lepage l’avait remarqué dans le spectacle «Kiugwe» créé pour le 400e de Québec.

«Il m’a approché pour me dire qu’il travaillait à la création d’un nouveau spectacle pour le Cirque du Soleil, et il m’a invité à venir enregistrer des bandes vocales», a dit Christian Laveau.

«Mais lorsqu’il m’a offert ensuite de tenir un rôle important sur scène, j’ai dit non. Il m’a de nouveau approché, et j’ai de nouveau refusé. Pourquoi? Par manque de confiance en moi. Je craignais de ne pas être à la hauteur. J’étais intimidé par la qualité des musiciens embauchés pour la production», a-t-il ajouté.

Tout un parcours

Depuis lors, Christian Laveau a parcouru une partie du Canada, puis les États-Unis «d’un bout à l’autre», de New York à Los Angeles, l’amenant à côtoyer plusieurs célébrités, dont Céline Dion, Barbra Streisand, Johnny Depp, Arnold Schwarzenegger... Il s’est même retrouvé au «Tonight Show» de Jay Leno !

Il a parcouru une partie de l’Europe, gardant un souvenir «inoubliable» de son passage au prestigieux Royal Albert Hall, à Londres, sans oublier la découverte de l’Opéra de Sydney, en Australie. Le voilà débarqué au Japon, où il a même reçu la visite des deux champions du monde de lutte sumo.

En 2013, pour son rôle d’ambassadeur des Premières nations à travers le monde, Christian Laveau recevait la médaille d’honneur du jubilé Diamant de la reine Élizabeth II.

On travaille fort

Le Cirque du Soleil lui assure de bonnes conditions de travail. «Mais faut travailler fort. Dix représentations par semaine, c’est beaucoup. C’est très exigeant tant physiquement que vocalement. On ne peut pas faire la fête et suivre cette cadence. Faut être droit comme un guerrier. Ça prend beaucoup de discipline avec un régime de vie très sain: pas de chocolat, pas de café, aucuns excès, huit heures de sommeil, beaucoup d’eau et beaucoup de silence», a affirmé l’homme de Wendake.

Sur la route, il a trouvé le temps de produire son premier album solo, et il en prépare un deuxième.

Un dernier rêve? «Oui, un duo avec Céline Dion...» a mentionné l’artiste qui n’a pas encore décidé s’il renouvellera son contrat avec le Cirque du Soleil qui se terminera le 22 mai 2017.

Entrevue

- Un repas mémorable pris sur la route ?

Au Prime Steak Restaurant à Sydney (Australie). Hummmm !!! Mais y a rien comme la cuisine de maman.

- Un hôtel de rêve?

Je l’ai trouvé dans la jungle des singes en Indonésie. La nuit, l’énergie est forte.

- Une rencontre inoubliable avec une célébrité ?

Avec Céline Dion. L’expression grande guerrière la définit bien. Il y a aussi Johnny Depp, qui a partagé mes valeurs pour les Premières nations, en me disant qu’il nous considérait tous les deux comme des frères spirituels.

- Le meilleur public?

Le plus chaleureux, ça reste le public québécois. L’énergie qu’il y a ici c’est unique. Mais j’apprécie aussi beaucoup le public japonais. Souvent ils viennent nous voir après le show avec des fleurs et du chocolat.

- Ce que les grands esprits t'apportent ?

Mes ancêtres Wendat me guident à toujours garder les deux pieds sur terre.