/finance/opinion/columnists
Navigation

Hausse d'impôts et de taxes de 4 G$

Coup d'oeil sur cet article

Coupes budgétaires et hausses des revenus de taxes et d’impôts. Voilà la combinaison «gagnante» qui a permis au gouvernement de Philippe Couillard de redresser les finances de la province.

Depuis son arrivée au pouvoir en avril 2014, le gouvernement Couillard a effectué une tonne de compressions budgétaires dans les divers programmes gouvernementaux. Pendant qu’il multipliait les mesures d’austérité, il réussissait à augmenter de façon importante les recettes fiscales du gouvernement.

La stratégie s’est avérée fort efficace, budgétairement parlant. Lors de son premier budget 2014-15, le ministre des Finances, Carlos Leitao, a réussi contre toute attente à boucler l’exercice avec un surplus de 136 millions de dollars. Et concernant l’exercice financier de 2015-16, le surplus a explosé à 3,3 milliards. Notez qu’il s’agit ici des surplus, avant les versements de revenus alloués au Fonds des générations.

COMPRESSIONS

Pour «apprécier» à sa juste hauteur les compressions budgétaires effectuées en deux ans de pouvoir par l’équipe Couillard, rien de mieux que de comparer les résultats du dernier exercice financier 2015-16 à ceux du dernier exercice financier (2013-14) du précédent gouvernement de Pauline Marois.

En deux ans, les dépenses des programmes (santé, éducation, services sociaux, soutien aux personnes et aux familles, culture, justice, économie, environnement, etc.) ont augmenté de 1,3 milliard de dollars. Vous allez me dire: mais où sont les compressions? Il faut savoir que cette augmentation de 1,3 milliard représente exactement la hausse de la rémunération du personnel de la fonction publique et parapublique.

Par conséquent, pour contrer ne serait-ce que l’impact de l’inflation sur le coût des biens et des services, le gouvernement a dû imposer des compressions d’au moins 800 millions dans les dépenses gouvernementales non reliées à la rémunération.

HAUSSE DE REVENUS

Le redressement des finances de l’État et son alléchant surplus du dernier exercice financier sont attribuables à une forte hausse des revenus autonomes. Combien? Une hausse de 4,4 milliards par rapport au dernier exercice du précédent gouvernement péquiste.

Cette augmentation de 9,1 % des revenus autonomes se répartit comme suit:

  • Impôt des particuliers: +1,81 milliard
  • Impôt des sociétés: +1,43 milliard
  • Taxes à la consommation: +964 millions
  • Autres sources: +156 millions

Force est d’admettre que le gouvernement Couillard doit une fière chandelle à ses contribuables québécois qui, malgré les conséquences de l’austérité, ont allongé en l’espace de deux années quelque 4 milliards d’impôts et de taxes supplémentaires.

SOCIÉTÉS D’ÉTAT

Au chapitre des revenus tirés des trois grandes vaches à piastres du gouvernement, ce fut une période moins lucrative. Les revenus provenant d’Hydro-Québec, de la SAQ et de Loto-Québec ont chuté de 504 millions. Heureusement pour le gouvernement Couillard, les transferts fédéraux ont grimpé, eux, d’un montant presque similaire.

Le mot de la fin. Carlos Leitao a également reçu un bon coup de pouce de la part du Service de la dette. Par rapport à l’exercice 2013-14, Québec a économisé lors de l’exercice 2015-16 quelque 478 millions en frais d’intérêt.