/news/green
Navigation

L’agrile du frêne est à nos portes

Un traitement pourrait ralentir sa progression

l’agrile du frêne
Photo Éric Bolte / Archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Si l’agrile du frêne n’a pas déjà commencé son œuvre destructrice, la région de Québec ne pourra pas y échapper. Toutefois, sa progression pourrait être ralentie grâce à un traitement développé par un centre de recherche de la capitale nationale.

Selon les relevés officiels, le redoutable insecte a atteint la région de Joliette et sa progression vers l’est est inéluctable, estime Robert Lavallée, chercheur et entomologiste au Service canadien des forêts, à Québec. «On ne peut pas y échapper. À mon avis, c’est inévitable», affirme le chercheur.

Aucune ville infestée par l’agrile du frêne n’a réussi à l’éliminer complètement, mais un traitement mis au point par M. Lavallée, en collaboration avec Claude Guertin de l’Institut Armand-Frappier, pourrait permettre de minimiser les pertes.

La technique d’autodécimation de cet insecte originaire d’Asie repose sur l’utilisation d’un champignon entomopathogène – le beauveria bassiana – que M. Lavallée compare à une «MTS» pour insecte. Sans danger pour l’environnement, il est l’ennemi juré de l’agrile.

«On a travaillé pendant quatre ans dans le sud de l’Ontario pour démontrer l’efficacité du concept et nos résultats sont vraiment très intéressants. On a réussi à démontrer qu’on pouvait contaminer 50 % des populations qu’on capturait sur les pièges. C’est énorme!» a ajouté M. Lavallée.

Homologation

Le processus d’homologation est en cours. Plusieurs municipalités prennent au sérieux cette menace. En 2012, la Ville de Québec a mis sur pied un programme de détection par l’installation de pièges. Bien qu’aucun insecte n’ait été capturé, cela ne veut pas dire qu’il n’est pas actif.

Une infestation d’agriles aurait une incidence économique puisqu’on estime que le coût pour l’abattage des frênes malades et leur remplacement s’élèverait à 1500 $ par arbre. À Québec, on dénombre près de 13 000 frênes municipaux.