/news/health
Navigation

Les employés de la coop SABSA soulagés

Une entente assure la survie de l’organisme

SABSA
Photo Simon Clark Emmanuelle Lapointe, coordonnatrice de la clinique SABSA.

Coup d'oeil sur cet article

Le personnel de la clinique coopérative SABSA a poussé un énorme soupir de soulagement au lendemain de la signature d’une entente avec le gouvernement qui assure sa survie.

Emmanuelle Lapointe, coordonnatrice de la clinique SABSA, se réjouit de cette nouvelle entente et croit que l’effort collectif mené depuis plusieurs mois a permis la sauvegarde de l’organisme.

«C’est le fruit de plusieurs mois de travail. Avec l’appui de la population et toute la motivation que notre projet a suscitée un peu partout, on est très heureux du résultat.»

Services et approvisionnement

En vertu de l’entente annoncée mardi en fin de journée par le ministre de la Santé, Gaétan Barette, le CIUSSS de la Capitale-Nationale va assurer les services professionnels et l’approvisionnement en fournitures nécessaires pour offrir les soins.

Emmanuelle Lapointe souligne également le soulagement des usagers de la clinique.

«Il y a beaucoup de patients qui étaient inquiets de notre situation, et, comme ce sont déjà des gens qui ont difficilement accès à des services de santé, la perte de cette clinique aurait été problématique. Pour eux, aujourd’hui est un énorme soulagement.»

Une entente satisfaisante

La députée du Parti québécois Agnès Maltais s’est dite soulagée de voir que le gouvernement québécois a entendu raison et fait volte-face dans ce dossier.

«Les fondatrices de SABSA [...] savent que ce modèle dessert une clientèle hors norme qui échappe trop souvent aux services plus conventionnels. Ces gens défavorisés ont aussi droit à des services adaptés et accessibles. Je me réjouis de voir que SABSA pourra poursuivre sa mission.»

L’entente a également été saluée par l’Ordre des infirmières et la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec.

– Avec la collaboration de Charles Lecavalier