/news/politics
Navigation

Mario Dumont bouleversé par le décès de Sylvie Roy

Mario Dumont bouleversé par le décès de Sylvie Roy
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Coup d'oeil sur cet article

Le chroniqueur, animateur à LCN et ex-chef de l’Action démocratique du Québec, Mario Dumont, s’est dit «bouleversé», «renversé», après avoir appris le décès de la députée Sylvie Roy, avec qui il a travaillé de près jusqu’à la fin de sa carrière politique.

«Je suis vraiment bouleversé par la nouvelle ce soir», a réagi M. Dumont, qui assistait au concert de Céline Dion, au Centre Bell, lorsqu’il a été informé de la triste nouvelle.

Sylvie Roy est «l’une des femmes les plus combatives» qu’il dit avoir eu l’occasion de connaître au cours de son parcours politique.

Mme Roy avait fait son entrée sur la scène provinciale en 2003, dans la circonscription de Lotbinière, alors que la popularité de l’Action démocratique du Québec montait en flèche. Au terme d’une campagne électorale difficile, le parti n’avait toutefois réussi qu’à faire élire trois députés aux côtés de son chef: Janvier Grondin, Marc Picard et Sylvie Roy.

Mme Roy a notamment eu le privilège d’agir en tant que chef du deuxième groupe d’opposition à l’Assemblée nationale, après la démission de Mario Dumont à titre de chef de l’ADQ, au printemps 2009, et ce jusqu’à la fin de la course à la chefferie, en octobre la même année.

Plusieurs combats

«On va retenir d’elle plusieurs combats: pour la justice, contre la violence faite aux femmes... C’est elle qui a été la première à demander une commission d’enquête sur la construction. Elle laisse quand même une trace importante, politiquement. Mais bon, tout ça se termine bien abruptement», a relaté M. Dumont, en entrevue téléphonique avec notre Bureau parlementaire.

L’ex-chef adéquiste se souvient qu’il consultait souvent sa députée de Lotbinière lors des campagnes électorales. Il l’a souvent mentionné de son vivant: elle savait prédire avec justesse quelle serait la réaction du public à une nouvelle d’actualité, à une déclaration ou une proposition.

«C’était vraiment une personne avec un flair politique exceptionnel», a fait valoir Mario Dumont.

Rupture

Il s’explique encore mal ce qui a pu mener à sa «rupture» avec la Coalition avenir Québec, parti qu’elle a représenté dans le comté d’Arthabaska, après la réforme de la carte électorale, en 2012, jusqu'à ce qu'elle devienne indépendante, en août 2015.

«Sylvie Roy, c’était une battante, une fille passionnée. [...] Une travaillante, déterminée», a-t-il souligné. Il y avait en elle, le moteur d’une «machine» qu’on ne pouvait pas laisser ronronner seule, croit M. Dumont.

«J’entendais qu’elle n’était pas utilisée à son plein potentiel [...] je pense qu’il y a un peu de ça dans la rupture», a-t-il analysé.