/news/politics
Navigation

Sylvie Roy souffrait d’une hépatite aiguë

La députée indépendante Sylvie Roy est décédée dimanche à l'âge de 51 ans.
Photo d'archives, Agence QMI La députée indépendante Sylvie Roy est décédée dimanche à l'âge de 51 ans.

Coup d'oeil sur cet article

C'est des suites d’une hépatite aiguë ayant endommagé son foie que la députée d'Arthabaska, Sylvie Roy, est décédée, dimanche après-midi.

«C’est la cause de son décès», a confirmé à notre Bureau parlementaire son ami et conseiller politique, Éric Vachon, après avoir obtenu le consentement de la famille.

L’information a également été validée auprès des autorités médicales.

Cette maladie, qui s'attaque au foie, serait à l’origine du «sérieux malaise» ayant mené à son hospitalisation, au début du mois de juin.

Estimant que Mme Roy avait déjà assez souffert, la famille a décidé de ne pas procéder à une autopsie.

Mme Roy avait également été hospitalisée, à l’automne 2014, après avoir contracté une bactérie lors d’un voyage. Elle avait dû interrompre momentanément ses activités.

«C’est aucunement lié à des problèmes d’alcool, aucunement», a assuré M. Vachon, qui s’était joint à l’équipe de Mme Roy en février dernier. Sylvie Roy siégeait comme indépendante depuis août 2015.

Une femme dévouée

M. Vachon retiendra de Mme Roy le souvenir d’une personne engagée, toujours prête à défendre ses convictions et très dévouée envers ses commettants. D’ailleurs, c’est d’eux, de ses enfants et des autres dont elle prenait soin d'abord et avant tout, avait-il constaté.

«Dans les derniers temps, quand je lui disais d’aller se faire soigner, elle me disait : “Je n’ai pas le temps! J’ai des dossiers, les gens attendent après ça.” Il a quasiment fallu la forcer pour qu’elle se rende à l’hôpital», a confié son conseiller politique.

D’ex-adéquistes se souviennent

Éric Vachon a connu Mme Roy à l’époque où elle débutait sa carrière politique sur la scène provinciale. Il travaillait alors en tant que conseiller politique pour l'adéquiste Janvier Grondin.

Comme Marc Picard (Chutes-de-la-Chaudière), Janvier Grondin (Beauce-Nord) avait effectué son entrée à l’Assemblée nationale en même temps que Sylvie Roy (Lotbinière), en 2003. Les trois ont formé, pendant quelques années, le trio sur lequel Mario Dumont pouvait compter.

«On était quatre, alors on se côtoyait à chaque jour et on se parlait de tous les dossiers. Disons qu’on a appris notre métier de député ensemble», a témoigné le député caquiste Marc Picard.

«On était voisins de comté, de bureau et de banquette à l’Assemblée nationale. [...] Pour moi c’est un choc. C’était une très bonne personne. Une femme brillante avec une vision politique énorme», a confié M. Grondin, qui a décidé de ne pas se représenter en 2012.

Le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, qui s’est lancé lui aussi en politique sous les couleurs de l’ADQ, en 2007, a reçu l’annonce du décès de Sylvie Roy «comme un coup de poing au visage».

À l’instar de Mario Dumont, il dit avoir été marqué par l’instinct politique dont Mme Roy était doté. «Il m’arrivait souvent d’aller la voir pour tester une idée, une opinion», a-t-il raconté.

«Sylvie c’est quelqu’un avec qui tu pouvais parler des grands dossiers du monde. Elle lisait le Figaro, le New York Times... Mais lorsqu’on parlait d’agriculture, de ses écoles de rang, elle en parlait avec la même passion. C’était une intellectuelle du peuple, dans le bon sens du terme», se souvient M. Caire.


L’hépatite est une inflammation du foie, évoluant pendant une période plus ou moins longue. Il faut distinguer 2 types d’hépatite : aiguë ou chronique. L’hépatite, c’est également la destruction progressive du foie.

Source: vulgaris-medical.com

Dernier hommage

7 et 8 août

Centre funéraire Rousseau, Trois-Rivières

Les funérailles seront célébrées le lundi, à 16h00, en la Cathédrale de l’Assomption de Trois-Rivières