/opinion/blogs
Navigation

Des jaloux.

Jonathan Marleau, président CJPLQ
stf

Coup d'oeil sur cet article

Les jeunes Libéraux récidivent. À côté de la Commission-Jeunesse du Parti Libéral du Québec, le gouvernement conservateur de Québec a l'air d'une brigade progressiste.

Encore et toujours.

L’aile jeunesse ayant le plus grand pouvoir décisionnel au sein d’un parti politique au Canada, comme elle se définit sur sa page Facebook, va poursuivre sa bataille d'arrière-garde lors de son congrès de la fin de semaine prochaine en banlieue de Québec. Cette fois, selon ce que son président en a dit à la Presse Canadienne, la relève du PLQ veut remettre en question le critère de l'ancienneté dans l'attribution de postes vacants parce qu'il pénalise les jeunes compétents. Non, la règle de l'ancienneté de service n'est pas idéale, mais, contrairement à ce que prétend M. Marleau, elle est rarement la seule et, surtout, elle est moins injuste que toute autre. Elle n'a pas été mise en place pour parquer les jeunes dans un coin, mais pour limiter l'arbitraire. Dans la vraie vie, la méritocratie a trop souvent servi à des candidatures d'un membre du parti, d'un p'tit ami, de la plus jolie ou des béni-oui-oui. C'est pour ça que les années de service sont incluses dans l'évaluation des postulant-es. Et, au fait, je ne connais personne dont l'avenir a été bloqué à cause d'une promotion accordée à une personne avec plus d'expérience. Comme pour la Formule Rand sur les cotisations syndicales il y a quelques années, comme sur la sécurité d'emploi il y a plus longtemps, la charge de la CJPLQ sur l'ancienneté s'appuie sur des contes de fées idéologiques plutôt que sur une analyse pertinente ou même sur une observation sommaire. Pour contrer l'injustice flagrante des 'clauses grand-père' qui profitent aux plus vieux au détriment des plus jeunes, les jeunes du PLQ voudraient créer des 'clauses ti-pou' au profit de leur génération. Bravo pour l'innovation, le thème officiel de leur congrès.

Un bel avenir.

La force montante, la sève revigorante du Parti Libéral du Québec a essayé de tarir le financement des syndicats, elle a voulu miner la sécurité d'emploi, elle cherche maintent à encourager l'arbitraire en milieu de travail. Il s'agit d'une recette vénéneuse pour détruire les règles communes et civilisées de l'égalité des chances au profit de la carrière d'une poignée de prétentieux qui croient que leur génie inné, ou leur âge béni, leur confère des privilèges. Je trouve que ça pue la culture du je-me-moi. L'avenir appartient aux jeunes, d'accord. Tant qu'il n'appartient pas aux jeunes Libéraux.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.