/weekend
Navigation

«Rien n’est plus vrai qu’un comédien à l’intérieur de son mensonge» -Jimmy Larouche

«Rien n’est plus vrai qu’un comédien à l’intérieur de son mensonge»  -Jimmy Larouche
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Née dans des circonstances pour le moins amusantes, l’idée d’un film entièrement consacré à Dino Tavarone a fini par faire son chemin.

Présenté en clôture de la 20e édition du Festival international de films Fantasia, Mon ami Dino de Jimmy Larouche est le fruit d’une démarche originale.

«J’ai eu l’idée de faire un film avec Dino en étant saoul! [Rires] Je l’aime, c’est mon ami depuis 12 ans, et ça faisait longtemps que j’avais envie de faire un film avec lui. Je pense que c’est l’un des comédiens les plus talentueux à Montréal, mais la barrière de la langue – l’accent – fait qu’il a moins accès à des rôles», explique­­ Jimmy Larouche.

«Je trouvais intéressant de briser la frontière entre le documentaire et la fiction­­», dit le cinéaste. C’est ainsi qu’est née l’idée de Mon ami Dino, présenté sous forme de documentaire sur Dino Tavarone­­, mais comportant de nombreux éléments de fiction.

«La vraie vie de Dino est aussi spectaculaire, sinon plus, que de la fiction. Quelqu’un­­ qui fait quatre ans de prison pour importation de drogue et qui, quatre ans plus tard, devient une vedette connue partout au Québec en jouant le parrain de la mafia dans Omerta, ça ne s’écrit pas!», commente le réalisateur.

Conçu comme un hommage à Tavarone, Jimmy Larouche a inclus une réflexion sur la maladie et la mort, sa tante étant tombée gravement malade. «Comme beaucoup de personnes, j’ai peur de la mort. [...] Peut-être que la plus belle façon­­ de rendre hommage à la vie est de suivre quelqu’un dans ses derniers moments­­? Tu n’as plus rien à cacher [à ce moment-là]. Le cinéma, c’est un peu ça aussi. Rien n’est rarement plus vrai qu’un comédien à l’intérieur de son mensonge. Quand tu joues un personnage, tu le joues de manière vraie à 100 %. Dino est un humain tellement vrai, avec ses qualités et avec ses défauts!»

Jimmy Larouche
Photo d'archives
Jimmy Larouche

Sans filet...

Autre prouesse, tous les dialogues ont été improvisés par Dino Tavarone, l’acteur se sentant suffisamment en confiance pour pouvoir parler librement autour de sujets d’importance comme la relation difficile avec sa fille, la maladie ou la mort.

«Je sais que Dino est un improvisateur incroyable», souligne Jimmy Larouche qui, sur le plateau, a donné à l’acteur des thématiques à aborder.

«Il a habité [les scènes] à un point tel que même les comédiens non profes­sionnels qui jouaient leurs propres rôles – l’oncologue, par exemple, est une vraie oncologue – se sont laissés embarquer.»

Repousser les limites

Désireux de briser le moule traditionnel et d’explorer de nouvelles formes d’expression­­ cinématographique, Jimmy Larouche voit aussi Mon ami Dino comme un long métrage grand public en raison­­ des thématiques abordées.

«Ce que je suis content d’avoir fait dans Mon ami Dino, c’est d’avoir repoussé les limites du cinéma comme forme d’art. On dit, dans les cours de scénarisation, que les histoires ont toutes été racontées. Alors, qu’est-ce qui nous reste? C’est la manière de les raconter. Et c’est là qu’il faut être inventif.»

«J’ai fait un film sur un être humain que j’aime beaucoup. J’ai aussi abordé une histoire, la sienne, mais aussi l’histoire de la vie de tout le monde. Pour moi, le film est beaucoup plus une ode à la vie, à l’amitié, à la famille qu’un film sur la maladie, même si on aborde ce thème. Quiconque a des amis, une famille et aime la vie va se retrouver dans Mon ami Dino


Mon ami Dino est actuellement à l’affiche­­ dans toute la province.