/finance/business
Navigation

Ciment McInnis: la Caisse écarte la famille Beaudoin-Bombardier

Ciment McInnis: la Caisse écarte la famille Beaudoin-Bombardier
Photo Reuters

Coup d'oeil sur cet article

La Caisse de dépôt et placement du Québec va réinvestir 125 millions $ dans le projet de mégacimenterie de Port-Daniel en Gaspésie et prendre le contrôle des opérations au détriment de la famille Beaudoin-Bombardier après que des dépassements de coûts de près d’un demi-milliard $ eurent été révélés.

Selon un communiqué publié jeudi en fin d’après-midi, la Caisse de dépôt va réinjecter 125 millions $ dans le projet hautement financé par des fonds publics «sous forme d'équité privilégiée».

Les fonds gérés par la firme américaine BlackRock Alternative Investors se joignent également pour la première fois au groupe d'investisseurs au moyen d'une débenture de 125 millions $.

«Ce nouveau financement, totalisant 250 millions $, est suffisant pour compléter le projet», assure la Caisse par voie de communiqué.

Mauvaise gestion

La Caisse dit aussi que le holding de la famille Beaudoin-Bombardier, Beaudier, va céder le contrôle du projet à la Caisse «afin de régler les problèmes d'exécution».

«Ce changement de contrôle reflète aussi un changement dans les investissements respectifs des partenaires», indique la Caisse qui devient du coup l’actionnaire numéro 1 du projet.

La semaine passée, le patron du mégaprojet de cimenterie en Gaspésie, Christian Gagnon, a perdu son emploi, quelques semaines après que des dépassements de coûts de 450 millions $ eurent été révélés.

L’érection de la cimenterie McInnis devait coûter au départ près de 1,1 milliard $, réparti entre trois actionnaires, la famille Beaudoin-Bombardier, la Caisse de dépôt et Investissement Québec. En plus de cette participation active, le gouvernement du Québec a fait un prêt de 250 millions $ à Ciment McInnis.

La ministre de l’Économie Dominique Anglade a confirmé la mauvaise nouvelle en juin sur les dépassements de coûts. Elle avait été mise au courant de cet état de fait en mai. «Personne n’était content d’apprendre ça», a-t-elle lancé aux médias à la sortie du Conseil des ministres à Québec.

Rentabilité recherchée

«Nous croyons que ce projet bénéficie de fondamentaux de haute qualité, a dit Christian Dubé, premier vice-président, Québec à la Caisse. Pour cette raison, la Caisse a conclu une entente de changement de contrôle avec Beaudier. Avec la nouvelle équipe de direction et la nouvelle structure du capital que nous annonçons aujourd'hui, Ciment McInnis sera en mesure (...) de générer des rendements pour les clients de la Caisse.»

La Caisse précise que la semaine dernière, le conseil d'administration de Ciment McInnis a annoncé une série de changements à la direction de l'entreprise «visant à renforcer la gestion du projet et à en compléter la construction, notamment la nomination d'un vice-président exécutif, Ingénierie, construction et opérations».

«Un processus de recrutement international est également en cours pour embaucher un nouveau président-directeur général», mentionne la Caisse.