/entertainment/events
Navigation

Un été exceptionnel pour les musées

Chaleur accablante et faiblesse du dollar canadien jouent en faveur des institutions muséales du Québec

L’intérêt pour les musées québécois semble manifeste. Au Musée de la civilisation à Québec, l’exposition 
Comme chiens et chats, consacrée à nos compagnons à quatre pattes, est présentée jusqu’au 4 septembre 2017.
Photo d’archives, JEAN-FRANCOIS DESGAGNEs L’intérêt pour les musées québécois semble manifeste. Au Musée de la civilisation à Québec, l’exposition Comme chiens et chats, consacrée à nos compagnons à quatre pattes, est présentée jusqu’au 4 septembre 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Les visiteurs américains profitent de la faiblesse du dollar canadien pour passer leurs vacances chez nous, ce qui a une influence directe sur l’achalandage des musées québécois. Ces derniers connaissent un été exceptionnel.

Au Musée McCord, à Montréal, la directrice des communications Pascale Grignon soutient que, l’an dernier, son institution a connu une hausse de 70 %, qui sera maintenue, voire dépassée cette année.

«On sent une hausse très marquée du tourisme américain depuis l’an dernier, et encore plus en 2016», a-t-elle précisé. La grosse exposition du Musée McCord cette année est consacrée à la mode italienne de 1945 à aujourd’hui.

Il est trop tôt pour donner des chiffres exacts, mais c’est le même son de cloche du côté du Musée de la civilisation à Québec.

«Effectivement, il y a plus de touristes américains cette année, souligne le directeur général Stéphan La Roche. Il y a aussi plus de touristes asiatiques, dont beaucoup de Japonais et de Coréens. C’est une croissance intéressante de ce côté-là.»

L’exposition estivale du Musée de la civilisation, Comme chiens et chats, a déjà attiré 132 000 visiteurs depuis le 18 juin. L’institution a accueilli cet été environ 2800 visiteurs par jour, «une très bonne moyenne» selon M. La Roche.

120 000 visiteurs au nouveau pavillon

Au Musée national des beaux-arts de Québec, «ça n’a pas dérougi» de l’été, mentionne la porte-parole Linda Trem­blay. Évidemment, l’ouverture du nouveau pavillon Pierre-Lassonde y est pour quelque chose: en six semaines, le MNBAQ a accueilli 120 000 visiteurs. Une douzaine de journalistes étrangers l’ont visité, faisant ainsi rayonner l’œuvre architecturale partout à travers le monde.

Linda Tremblay souligne que «les astres étaient alignés» pour un été exceptionnel. Le taux de change favorable, autant du côté de l’euro que du dollar américain, a fait bondir de manière excep­tionnelle, selon elle, le pourcentage de touristes visiteurs.

Elle mentionne également que les récents attentats en Europe attirent les voyageurs ici puisqu’ils se sentent «plus en sécurité» ici.

Canicules

On aurait tendance à croire que les journées chaudes de l’été poussent les gens à l’extérieur, mais certains musées tirent profit des chaleurs accablantes.

«Les gens ont vraiment très chaud et il y a un souhait clair de profiter de l’air frais, explique Pascale Grignon. Ce doit être marginal. À la base, il faut avoir l’intérêt de venir dans les musées, mais on ne voit pas nécessairement de baisse les jours de canicule.»

Vitalité des institutions

Les données prouvent que depuis deux ans, les musées québécois sont plus vivants que jamais. Pour preuve, le ministère de la Culture et des Communi­ca­tions a octroyé, lundi dernier, 17 millions de dollars à 92 musées québécois.

«C’est extrêmement positif. (...) C’est le signe qu’il y a une vitalité, un dynamisme et un grand intérêt pour ces questions-là», affir­me Stéphan La Roche.


  • Les musées québécois ont enregistré 14 millions d’entrées en 2015, dépassant la moyenne des cinq dernières années, malgré une chute de la fréquentation scolaire.
  • En 2015, les musées montréalais ont connu une augmentation de 459 000 entrées par rapport à l’année précédente. 

­Source: Observatoire de la culture et des communications du Québec