/news/politics
Navigation

Le PQ à la défense des eaux gaspésiennes

Gaspésie
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les députés du Parti québécois demandent au gouvernement Couillard de protéger les eaux de la Gaspésie contre la convoitise des entreprises gazières et pétrolières, au même titre qu'il entend protéger l'île d'Anticosti.

Le moratoire imposé depuis 2009 interdisant l'exploration pétrolière et gazière dans les baies de Gaspé et des Chaleurs pourrait prendre fin avec le projet de loi 106 devant encadrer l'exploitation des hydrocarbures, ont signalé les députés Alain Therrien, Gaétan Lelièvre et Sylvain Roy, à l'occasion d'un point de presse.

«On a peur que ce projet de loi-là fasse en sorte que la baie des Chaleurs et la baie de Gaspé deviennent un bar ouvert pour l'exploration des hydrocarbures», a déclaré le député Alain Therrien.

Au premier ministre Philippe Couillard qui a déclaré à plusieurs reprises vouloir protéger l'île Anticosti contre l'exploitation du pétrole et du gaz, les élus péquistes lui demandent d'avoir la même préoccupation pour les eaux gaspésiennes. «Le premier ministre parle de beauté naturelle quand il parle d'Anticosti. Moi je vous dis que cette définition s'applique à la Gaspésie», a plaidé M. Therrien.

La loi 18 adoptée en 2011 avait imposé un moratoire permanent pour l'expoitation d'hydrocarbures dans le fleuve Saint-Laurent. Le moratoire protégeant les baies gaspésiennes pourrait prendre fin au gré de la volonté du ministre de l'Énergie Pierre Arcand, ont souligné les élus péquistes. Des permis d'exploration octroyés en 2012 pour le projet Haldimand autorisent des forages verticaux et horizontaux «sur plusieurs kilomètres (...) malheureusement on peut atteindre la baie de Gaspé», a prévenu le député de Gaspé Gaétan Lelièvre.

«Les gens de la Gaspésie ne sont pas des citoyens de seconde zone. Ils ont droit à la même protection que les gens du fleuve Saint-Laurent. La baie des Chaleurs est considérée comme l'une des plus belles baie au monde (...) Dans le fond de la baie, dans la partie ouest, il y a eu des permis qui ont été donnés dans le milieu marin (...) On a un danger imminent avec le dépôt du projet de loi 106», a indiqué le député de Bonaventure, Sylvain Roy.