/finance/opinion/columnists
Navigation

La Caisse cimente McInnis

Coup d'oeil sur cet article

Pour sauver le projet de construction de Ciment McInnis, la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec a finalement décidé d’allonger un montant supplémentaire de 125 millions de dollars, tout en prenant le contrôle de cette nouvelle cimenterie de Port-Daniel-Gascons, en Gaspésie.

Du fait d’un immense problème de dépassement de coûts de 450 millions, la facture totale de la construction de la cimenterie gaspésienne passera de 1,1 milliard à un peu plus de 1,5 milliard.

Est-ce une bonne décision d’affaires de la part de la Caisse de se porter au secours de la cimenterie gaspésienne, un autre ambitieux projet de la famille Beaudoin-Bombardier?

Dans les circonstances, compte tenu de la lourde implication financière du gouvernement du Québec par l’entremise d’Investissement Québec et des sommes que la Caisse avait précédemment allongées, la Caisse n’avait financièrement pas le choix de secourir l’onéreux projet.

NOS MILLIONS

À quelle hauteur déjà s’élevait notre implication financière dans cet onéreux projet de la famille Beaudoin-Bombardier? À rien de moins que 490 millions de dollars répartis comme suit:

  • Investissement Québec: 100 millions $ en capital-actions
  • Investissement Québec: 250 millions $ en prêt
  • La Caisse: 140 millions $ en capital-actions.

À ce demi-milliard de dollars, la Caisse vient d’ajouter 125 millions de dollars. Ce qui porte l’engagement financier total du gouvernement du Québec et de ses deux institutions d’investissement à quelque 615 millions.

L’ajout de 125 millions en capital-actions permet à la Caisse de détenir maintenant le contrôle du holding Beaudier Ciment, le principal actionnaire de Ciment McInnis.

Ce qui donne toutefois de la crédibilité au placement supplémentaire de la Caisse dans Ciment McInnis c’est l’investissement de 125 millions que vient de faire la multinationale du placement Blackrock Alternative Investors dans Ciment McInnis. Blackrock doit de toute évidence trouver qu’il s’agit d’un projet appelé à devenir rentable malgré la compétitivité des cimenteries rivales.

NOTRE CAISSE

Cela dit, j’aimerais revenir sur la déclaration que la ministre de l’Économie, Dominique Anglade, avait faite à la fin de juin sur le dépassement des coûts de construction de Ciment McInnis de 450 millions de dollars.

À titre de ministre responsable du dossier pour le gouvernement Couillard, elle avait déclaré que «le gouvernement du Québec n’augmentera pas les sommes publiques» consenties au projet.

Un mois plus tard, on apprenait que la Caisse injectait 125 millions de plus.

Réaction de la ministre Anglade: «Le nouveau montage [financier] respecte l’engagement pris par le gouvernement de ne pas investir de fonds publics additionnels...»

Ah bon! La ministre considère que cet investissement supplémentaire de la Caisse dans Ciment McInnis n’est pas une somme publique!

Pourtant, en vertu de la Loi sur la Caisse, il est indiqué à l’article 4, de la section 1, que «Les biens en la possession de la Caisse sont la propriété de l’État...»

Quelle confusion!