/news/green
Navigation

L’Ancienne-Lorette veut régler le problème d’eau contaminée

La rivière Lorette est quatre fois plus sale que la rivière Saint-Charles à Québec

Selon les résultats d’une étude de l’Institut de la recherche scientifique (INRS), c’est à la hauteur du pont Michel-Fragasso que la présence d’excréments explose dans la rivière Lorette, à L’Ancienne-Lorette.
Photo Jean-François Desgagnés Selon les résultats d’une étude de l’Institut de la recherche scientifique (INRS), c’est à la hauteur du pont Michel-Fragasso que la présence d’excréments explose dans la rivière Lorette, à L’Ancienne-Lorette.

Coup d'oeil sur cet article

Reconnaissant la responsabilité de sa ville dans la pollution des rivières Lorette et Saint-Charles, le maire Émile Loranger s’engage à régler le problème d’ici deux ans, en éliminant les sources de contaminants.

Une étude de l’Institut de la recherche scientifique (INRS), obtenue par Le Journal, a confirmé que les sources les plus importantes de contaminants du secteur urbain de la Saint-Charles en 2013 provenaient de la rivière Lorette, à la suite de son passage dans la ville de L’Ancienne-Lorette.

«[En 2016], ce n’est pas normal de chier dans une rivière», a avoué le maire de L’Ancienne-Lorette, Émile Loranger, admettant avoir été surpris de la présence de coliformes fécaux sur le plan d’eau qui traverse sa ville.

«On savait que par le passé des gens déversaient des choses comme de l’huile à moteur. On avait commencé à corriger certaines affaires. Mais, les coliformes fécaux, on y avait moins pensé.»

Selon les résultats de l’étude, c’est à la hauteur du pont Michel-Fragasso que la présence d’excréments explose dans la rivière Lorette. À cet endroit, l’eau est quatre fois plus contaminée que la rivière Saint-Charles à Québec.

Erreurs de branchements d’égouts

Ce sont des erreurs de branchements d’égouts faits par des promoteurs, il y a 15 ou 20 ans, qui expliquent la présence d’excréments dans les eaux de la rivière Lorette.

«Maintenant, on sait qu’il y a des problèmes. On a 42 branchements de maison non conformes. D’ici deux ans ils vont être corrigés», a relaté le maire Émile Loranger, convaincu que les promoteurs sont responsables de la contamination, et non les propriétaires de maison.

«Il y a des promoteurs, parce que ça coûtait moins cher, qui ont décidé de prendre le premier tuyau sur le bord et se brancher dessus. Sauf que ça s’adonnait que c’était l’égout pluvial. Ça, c’est le genre d’erreur volontaire, ou pas. Nous, on va aller régler les problèmes et si le promoteur est encore existant, on va lui envoyer la facture», a-t-il souligné.

Il précise que son administration réparera une vingtaine de branchements par année qui coûteront en 3000 $ et 5000 $ chacun.

Au courant

De son côté, le maire Régis Labeaume a indiqué avoir été mis au parfum de la contamination de la rivière. «On le sait», a lancé en soupirant le maire Labeaume, sachant très bien que les problèmes venaient de son voisin, ne pouvant toutefois pas s’avancer sur les causes réelles du problème.

«Je ne le sais pas. Je ne suis pas maire de L’Ancienne-Lorette, je m’occupe des eaux de la Ville de Québec. Je protège le lac Saint-Charles. J’essaie de m’organiser pour qu’il n’y ait pas de merde qui tombe dedans.»

— Avec la collaboration de Kathryne Lamontagne