/travel/destinations
Navigation

Virée gastronomique et historique

Coup d'oeil sur cet article

LYON, France | De Lyon à Valence, en passant par Vienne et Grignan, la région française de l’Auvergne-Rhône-Alpes recèle de vrais bijoux, tant pour les papilles que pour les yeux.

Dès notre arrivée à Lyon, nous entamons la tournée des grands classiques. Tout d’abord, l’imposante basilique Notre-­Dame de Fourvière, perchée au sommet de la colline du même nom. De là, nous avons droit à la meilleure vue sur Lyon.

Le lendemain, nous nous levons à l’aube pour profiter de quelques instants méditatifs dans le parc de la Tête d’Or, tout juste à côté du Musée d’art contemporain. Les quelque 5 km de chemin sont parfaits pour un jogging matinal.

À peine le petit-déjeuner digéré, nous nous arrêtons aux Halles de Lyon Paul ­Bocuse, nommées en l’honneur du «pape» de la gastronomie en 1971. C’est l’endroit rêvé pour goûter aux délices de la région, en plus de faire connaissance avec les ­artisans qui les connaissent par cœur et qui les mettent en valeur de génération en génération. C’est le cas de Renée Richard, la fille de la fameuse Mère Richard, la ­fromagère qui affine le Saint-Marcellin depuis 1930, probablement un des fromages les plus emblématiques de Lyon.

Délices et histoires de Vienne

La panse bien pleine, nous filons vers Vienne, la petite ville dans l’ombre de Lyon, qui cache le restaurant de l’hôtel La Pyramide de Patrick Henriroux.

Depuis 1992, l’établissement possède deux étoiles Michelin, en plus d’être un Relais & Châteaux depuis 1999. Nous nous attablons à son Bistrot Espace PH3 pour déguster des plats tout en ­délicatesse, comme cette truite cuite à la perfection sur de fines lamelles de ­courgettes.

La petite ville d’à peine 30 000 âmes ­accueille aussi le Festival de jazz de Vienne, le quatrième festival de musique en importance en France.

Nous poursuivons notre route vers le sud et faisons un arrêt au Musée de la ­lavande. Les fleurs parfument l’air dès notre arrivée. Ça sent le réconfort d’un lit douillet, une douce invitation à faire la sieste.

Puis nous nous arrêtons sur le bord de la route pour dîner au Prehistoric Lodge. Situé­­ à quelques pas de la rivière ­Ardèche, l’endroit nous donne envie ­d’emprunter un kayak et de filer sur le cours d’eau pendant des heures.

Parlant de préhistoire, nous sommes à deux pas de la grotte Chauvet, classée sur la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’UNESCO. Découverte par hasard en 1994, elle cache une série impressionnante d’œuvres d’art paléolithique. Son accès est interdit au public par souci de conservation, mais une reproduction spectaculaire permet de nous imaginer ce qu’ils ont trouvé lors de leurs ­premières visites dans la grotte.

Saveurs de Grignan

Nous mettons le cap vers l’est et posons nos baluchons pour la soirée à Grignan. En arrivant au ­charmant hôtel Le Clair de la Plume, nous nous installons confortablement sur notre terrasse avec vue sur le petit jardin intérieur, verre de rosé à la main et le mistral dans le toupet!

L’établissement a été construit au 17e siècle à la demande de François de Grignan – époux de la fille de Madame de Sévigné – pour loger les hommes ­d’Église de passage dans la commune. C’est aujourd’hui un endroit idéal pour se reposer et réjouir ses papilles. Nous ­passons donc à table dans le petit salon figé dans une autre époque. Les couverts, le décor et même la brigade de ­service impeccable semblent dignes d’un dîner gastronomique d’aristocrates, tout sorti du 17e siècle.

Étoiles de Valence

Nous terminons notre séjour à Valence, ville particulièrement bien entourée de régions vinicoles telles que Croze-Hermitage­­ et Hermitage. Valence a même utilisé la petite parcelle de terre de l’ancienne préfecture pour y faire pousser du raisin­­ viognier. La petite production biologique­­ sert à remplir le verre de ses citoyens­­ pendant les fêtes municipales. Voilà une façon bien française de jardiner et de ­réjouir ses habitants au passage.

Valence est aussi la ville d’origine de l’inspirante chef Anne-Sophie Pic. Issue d’une famille de grands chefs, c’est la seule femme en France dont l’établissement, Maison Pic, possède présentement 3 étoiles Michelin.

Ce voyage a été rendu possible grâce à Air Canada, l’Office du tourisme de l’Auvergne-Rhône-Alpes et Atout France.