/news/green
Navigation

Un lien entre la pollution atmosphérique et l'Alzheimer?

Un lien entre la pollution atmosphérique et l'Alzheimer?
Trifonenko Ivan - Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Une récente étude révèle que des particules de fer en lien avec la pollution industrielle ont pu être détectées dans le cerveau humain. 

Le Courrier international rapporte les grandes lignes de cette enquête parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences.

La magnétite(composée d’oxyde de fer) retrouvée dans le cerveau proviendrait surtout des résidus de la pollution atmosphérique. Surtout de l’activité industrielle nécessitant de la combustion de charbon(pour la production d’électricité notamment).

La présence de particules d’oxyde de fer dans le cerveau est souvent associée au développement de la maladie d’Alzheimer. Toutefois, les recherches à cet égard ne permettent pas encore d’établir un lien direct entre la présence de ces particules et l'Alzheimer.  

Cette nouvelle découverte sur l’incidence directe de la pollution atmosphérique sur le cerveau a fait l'objet de plusieurs articles.

The New Scientist  a souligné un nouvel éclaircissement apporté par l'étude: «On savait déjà que des nanoparticules de fer étaient présentes dans le cerveau, mais on pensait qu’elles provenaient du fer qu’on trouve naturellement dans le corps, issu de la nourriture.»

Le site BBC News y est aussi allé d’un résumé des conclusions de la recherche: «La magnétite que l’on trouve parfois naturellement dans le cerveau y est présente en quantités infimes, et ses particules se distinguent par leurs contours déchiquetés. Au contraire, les particules trouvées dans l’étude étaient non seulement bien plus nombreuses, mais aussi lisses et arrondies, caractéristiques de ce qui se crée aux hautes températures d’un moteur de voiture ou des systèmes de freinage.»

Les chercheurs considèrent que les conclusions de leur étude sont des plus préoccupantes car elles apportent une série de nouvelles questions sur les dangers de la pollution atmosphérique. Si on connaissait surtout les effets néfastes de la pollution de l'air sur le coeur et les poumons, ses retombées sur le cerveau étaient encore peu commentées.