/news/society
Navigation

Dans le vide pour une bonne cause

Gilles Lehouillier et François Paradis ont sauté en parachute pour Rêves d’enfants samedi après-midi.

Coup d'oeil sur cet article

Le maire et le député de Lévis se sont courageusement envoyés en l’air samedi, sautant en parachute pour amasser des fonds afin de réaliser le rêve d’une jeune fille de la région atteinte d’un cancer.
 
Gilles Lehouillier et François Paradis sont revenus sur la terre ferme avant un large sourire au visage. Pour les deux hommes politiques, l’expérience allait bien au-delà du défi personnel et représentait une symbolique très forte.
 
«C’était collé sur la cause. Autant le saut que le combat de Laurence contre le cancer nécessitent beaucoup qu’on s’abandonne aux mains de spécialistes. On s’abandonne à ces experts et on saute», souligne François Paradis.
 
Rêve de voyage
 
La journée organisée samedi par la fondation Rêves d’enfants permettra à Laurence Jean, 15 ans, de vivre une croisière Disney dans les Caraïbes. La jeune battante souffre d’un sarcome d’Ewing, une forme de cancer qui atteint majoritairement les enfants. La tumeur s’est déposée sur la colonne vertébrale de Laurence qui a dû traverser de nombreux traitement de chimiothérapie.
 
«C’est touchant de voir que mon histoire touche autant de monde, qui s’est déplacé aujourd’hui pour m’aider», confiait la jeune fille, quelques minutes avant d’elle-même effectuer son premier saut en parachute.
 
Le courage de l’adolescente et sa détermination à vivre son rêve ont grandement touché le maire de Lévis, qui en était aussi à un premier saut. «Ce qui est important de l’événement d’aujourd’hui, c’est de voir qu’il y a ici une communauté qui garde ses rêves bien présents. Ça prouve que peu importe l’obstacle qui se dresse devant nous, tant que le rêve est là, il y a de l’espoir», souligne M. Lehouillier.
 
Expérience à refaire
 
Quant au saut en lui-même, les deux hommes politiques l’ont grandement apprécié. «Le plus difficile, c’est de voir la porte ouvrir et de se dire qu’on doit sauter dans le vide. Le reste n’est que plaisir», confiait Gilles Lehouillier, se qualifiant lui-même «d’homme de défis»
 
De son côté, le député caquiste a qualifié l’expérience de mémorable. «On a fait des pirouettes, on a pu se prendre les mains avec d’autres parachutistes, se faire des ‘’high-five’’. C’était magique!»