/news
Navigation

La LHJMQ veut contrer les normes du travail

La Ligue désire que ses joueurs-étudiants soient exemptés de la loi

Jake Allen
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

La Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) part en croisade pour soustraire ses joueurs-étudiants à la Loi québécoise sur les normes du travail.

La LHJMQ fait valoir que ses joueurs-étudiants qui fréquentent une institution scolaire n’ont pas à être soumis aux mêmes normes du travail que les autres travailleurs-étudiants au Québec.

«Nos joueurs ne sont pas des travailleurs, ce sont des étudiants», a indiqué au Journal le porte-parole de la LHJMQ, Photi Sotiropoulos.

Le commissaire de la LHJMQ, Gilles Courteau, vient d’ailleurs de s’inscrire au Registre des lobbyistes pour cette cause.

Changements demandés

Selon la LHJMQ, les dispositions sur les heures supplémentaires de la Loi sur les normes québécoises du travail ne permettraient pas, par exemple, «le voyagement entre les diverses villes du Québec et des Maritimes qui prend largement plus que 12 heures».

Par conséquent, la LHJMQ réclame au gouvernement du Québec une modification de la Loi, notamment un amendement à l’article 3, pour inclure l’exemption de ses joueurs-étudiants.

La LHJMQ dit avoir obtenu une modification semblable de la part de la Nouvelle-Écosse au cours de l’été.

La LHJMQ soutient que la «rémunération» des joueurs-étudiants repose essentiellement sur le paiement de bons d’encouragement aux études.

«Tout changement de rémunération pourrait avoir un impact financier important sur les revenus des équipes», a fait savoir M. Sotiropoulos.

Pour le professeur en relations industrielles de l’Université Laval, Alain Barré, la LHJMQ n’a rien à perdre à demander une exemption au gouvernement. «Le pire qu’il peut arriver, c’est qu’on lui dise non», a-t-il signalé, rappelant que les athlètes-étudiants fréquentant les universités n’étaient pas rémunérés.

Recours collectif

Il faut dire que la Ligue canadienne de hockey (LCH), dont fait partie la LHJMQ, fait l’objet d’un recours collectif de 180 millions $ devant les tribunaux.

Les requérants prétendent que les joueurs de hockey junior sont sous-payés, moins que le salaire minimum prévu par la loi dans leurs régions. Ils exigent que des arrérages de salaires, des heures supplémentaires et des sommes pour les vacances soient versés, ainsi que des dommages-intérêts punitifs.

Selon l’avocat du recours collectif, Ted Charney, la LCH n’est pas un circuit amateur, mais une ligue qui fait de l’argent et qui fait des profits.

Avantages accordés aux joueurs-étudiants de la LHJMQ

  • 60 $ par semaine pour les 16 à 19 ans
  • 150 $ par semaine pour les 20 ans
  • Logement et nourriture fournis
  • Frais scolaires payés
  • Équipement de hockey fourni
  • Service de tutorat gratuit
  • Service de nutritionniste gratuit
  • Bourses d’études payées dans certains cas