/sports/hockey
Navigation

Québec prêt à exempter les joueurs de la LHJMQ des normes du travail

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec entend soustraire les joueurs-étudiants de la Ligue de hockey junior majeur du Québec (LHJMQ) de la Loi sur les normes du travail.

La ministre du Travail, Dominique Vien, a confirmé mardi que le gouvernement allait répondre favorablement à la demande de la LHJMQ prochainement.

«On devrait bouger au cours des prochains mois pour clarifier la situation», a-t-elle indiqué en marge d’un point de presse à Lévis.

Selon Québec, les joueurs-étudiants qui fréquentent une institution scolaire n’auraient pas à être soumis aux mêmes normes du travail que les autres travailleurs-étudiants au Québec payés au salaire minimum.

«Ça mettrait les organisations dans une situation un peu impossible. Ça viendrait impacter tout le sport amateur et en faire finalement des joueurs professionnels», a fait valoir la ministre.

Le gouvernement songerait ainsi à soustraire tous les athlètes étudiants de la Loi sur les normes du travail au Québec. Ce qui pourrait toucher les athlètes universitaires comme ceux du Route et Or de l’Université Laval ou encore des Carabins de l’Université de Montréal.

Selon la LHJMQ, les dispositions sur le temps supplémentaire de la Loi sur les normes québécoises du travail ne permettraient pas, par exemple, «le voyagement entre les diverses villes du Québec et des Maritimes qui prend largement plus que 12 heures».

Par conséquent, la LHJMQ réclame au gouvernement du Québec une modification de la Loi, notamment un amendement à l’article 3, pour inclure l’exemption de ses joueurs-étudiants.

La LHJMQ dit avoir obtenu une modification semblable de la part de la province de la Nouvelle-Écosse au cours de l’été.

La LHJMQ soutient que la «rémunération» des joueurs-étudiants repose essentiellement sur le paiement de bonds d’encouragement aux études.

«Tout changement de rémunération pourraient avoir un impact financier important sur les revenus des équipes», a fait savoir un porte-parole de la LHJMQ, Photi Sotiropoulos.

Recours collectif

Il faut dire que la Ligue canadienne de hockey (LCH), dont fait partie la LHJMQ, fait actuellement l’objet d’un recours collectif de 180 millions $ devant les tribunaux.

Les requérants prétendent que les joueurs de hockey junior sont sous-payés, moins que le salaire minimum prévu par la loi dans leurs régions. Ils exigent que des arrérages de salaire, du temps supplémentaire et des paies de vacances soient versés ainsi que des dommages-intérêts punitifs.

Selon l’avocat du recours collectif, Ted Charney, la LCH n’est pas un circuit amateur, mais une ligue qui fait de l’argent et qui fait des profits.