/lifestyle
Navigation

5 ans d’Omnivore

Luc Dubanchet
Photo courtoisie Le fondateur d’Omnivore, Luc Dubanchet.

Coup d'oeil sur cet article

Une cuisine nouvelle, décodifiée et accessible: voilà ce que tente de faire découvrir au plus grand nombre le festival Omnivore depuis maintenant cinq ans.

Les épicuriens et foodies de tous acabits convergeront ce week-end à la Société des arts technologiques pour l’édition montréalaise d’Omnivore, un festival culinaire qui fait le tour du monde depuis sa création à Paris il y a 13 ans.

«Il y a toujours une grande préparation en amont, car on souhaite comprendre la ville dans laquelle on s’installe et créer un événement qui lui est propre», explique le journaliste et fondateur d’Omnivore, Luc Dubanchet.

Nouvelles découvertes

Depuis toujours, l’objectif du festival est de faire connaître les nouvelles têtes du milieu culinaire.

«Omnivore, ce n’est pas que du sampling. C’est vraiment l’occasion d’échanger avec les chefs et les artisans et de découvrir une nouvelle lecture du monde à travers la cuisine», croit Luc Dubanchet.

Pour sa cinquième édition, le festival mettra l’accent sur les sourceurs.

«À la base de la cuisine se trouvent des vignerons, des producteurs et des fournisseurs, qui offrent des produits de qualité. Il faut apprendre à mieux les connaître!» affirme le journaliste.

Classes de maître

Pour ce faire, le festival propose une programmation diversifiée qui comprend plusieurs classes de maîtres et démonstrations où les artisans de la cuisine viendront montrer toute l’étendue de leur savoir-faire.

«On veut rendre accessible la gastronomie, même si je déteste ce mot, lance Luc Dubanchet. Toutes les classes sont gratuites et on peut s’inscrire en ligne.»

Luc Dubanchet est d’avis que Montréal a une scène culinaire qui s’inscrit bien dans cette volonté de démocratisation qu’a toujours préconisée Omnivore.

«Montréal a une liberté assumée par rapport à son histoire, à ses dîners, aux restaurants familiaux. J’aime la singularité que possède chaque restaurant, mais aussi la pluralité de la culture culinaire», affirme le journaliste.

« On déguste des idées »

À son avis, les amoureux de la bouffe ressortiront rassasiés de leur passage à Omnivore. «On déguste des idées, des manières de concevoir la cuisine. On offre la meilleure nourriture, celle qui est spirituelle!» s’exclame-t-il.

Omnivore aura lieu du 16 au 19 septembre à la Société des arts technologiques.

5 chefs à découvrir

Le festival Omnivore vise à faire découvrir les nouveaux visages et les meilleures adresses de la scène culinaire locale. Voici cinq tables à découvrir, selon le fondateur Luc Dubanchet.

MTL PLAZA

Luc Dubanchet
Photo Facebook

Parce que Charles-Antoine Crête est la figure emblématique de la bouffe à Montréal: immense culture culinaire, immense technique, grande lignée avec Normand Laprise, mais avec une adaptation de ses idées dans le cadre populaire d’une brasserie/saloon qui n’appartient qu’à lui.


DIPLOMATE

Luc Dubanchet
Photo Instagram

Aaron Langille apporte sa singularité derrière un grand comptoir façon bar à sushi pour une cuisine qui se détermine sur l’instant, sans copier ni plagier, avec le ventre. Seule son inspiration compte et c’est remarquablement vif, cuisiné, nouveau.


VIN PAPILLON

Luc Dubanchet
Photo Véronique Harvey

Parce qu’on ne peut raconter Montréal sans les gars du Joe Beef et parce que Marc-Olivier Frappier, dans leur continuité, a cet instinct créatif qui lui permet de tout faire, de jouer avec toutes les cuisines comme s’il les avait inventées. Vin Papillon est un véritable voyage en culinaire.


SATAY BROTHERS

Luc Dubanchet
Photo Facebook

Parce que Paris serait bien incapable de sécréter une table comme celle-ci, issue d’un comptoir de marché. La cuisine asiatique dans toute sa vivacité démocratique, typée et universelle par des brothers qui se foutent de tout sauf de leurs clients.


HOTEL HERMANN

Parce que c’est classieux, comme disait Gainsbourg: l’infinie élégance du lieu et des êtres qui y évoluent, l’intelligence de bout en bout et évidemment dans la cuisine de Marc Alexandre Mercier, obsessionnel, intense et de plus en plus ouvert sur le monde.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.