/news/currentevents
Navigation

Nouvelles accusations contre l’ex-avocate Jessie Bérubé

Jessie Bérubé en février 2014.
Photo Daniel Mallard / Agence QMI Jessie Bérubé en février 2014.

Coup d'oeil sur cet article

 Ce sont des articles en tous genres, totalisant une somme de 235 $, que l’ancienne avocate Jessie Bérubé aurait dérobés au Walmart de Rimouski entre le 31 août et le 13 septembre.

L’ex-avocate de Québec, qui avait plaidé coupable en 2014 à des accusations de possession de stupéfiants et d’entrave à la justice, a été accusée de vol pour la deuxième fois en un peu plus d’un an.

Le 31 août, elle se serait rendue au Walmart de Rimouski, qui se trouve à un peu moins d’une heure de sa résidence de Sayabec, pour y dérober «des articles scolaires et des DVD pour enfants», est-il écrit dans la dénonciation.

Elle a été prise sur le fait par l’agent de sécurité, les policiers ont été appelés à se rendre sur place et Bérubé a été remise en liberté sous sommation.

Le 8 septembre suivant, elle serait retournée au même endroit, cette fois pour y voler une boîte de couches et des lingettes.

Bérubé a encore une fois été interceptée par l’agent de sécurité et, encore une fois, les policiers ont été appelés, puis elle a été remise en liberté.

Moins d’une semaine plus tard, le 13 septembre, elle se serait de nouveau rendue dans le magasin à grande surface, où elle aurait pris des vêtements pour une valeur de 72 $.

Elle a été interceptée de nouveau, et c’est au lendemain de cette troisième infraction que l’ancienne avocate a été accusée au palais de justice de Rimouski.

Pour reprendre sa liberté, la femme de 33 ans, mère d’une petite fille de deux ans, a dû s’engager à garder la paix et avoir une bonne conduite, être présente en cour lorsque requis, demeurer à sa résidence de Sayabec et aviser la cour de tout changement d’adresse. On lui a également interdit de se trouver dans quelque magasin Walmart que ce soit.

Rappelons que les déboires de Jessie Bérubé ont commencé en 2012, lorsque la jeune femme s’est évanouie dans une salle de cour à Montmagny, dans Chaudière-Appalaches.

Elle était alors fortement intoxiquée par la cocaïne.

En 2013, l’ex-avocate a été radiée du Barreau pour une période de 18 mois et, l’année suivante, elle a reconnu sa culpabilité pour possession de cocaïne et de cannabis, un geste qui lui a valu une absolution conditionnelle.

Dans la foulée, elle avait également reconnu avoir commis une entrave à la justice, et le tribunal lui avait imposé une peine de neuf mois à être purgée dans la collectivité.

En novembre 2014, Jessie Bérubé était de nouveau arrêtée pour vol à l’étalage au magasin Simons des Galeries de la Capitale à Québec.

Elle y avait alors dérobé des vêtements et des bijoux pour un montant ne dépassant pas 5000 $.

Le 26 août 2015, elle avait été condamnée à payer une amende de 250 $ et elle devait se soumettre à une période de probation d’une année.

À la suite de ses nouveaux déboires, Jessie Bérubé reviendra en cour le 21 novembre prochain.