/sports/others
Navigation

Basketball féminin: deux Françaises chez le Rouge et Or

Basketball Rouge et Or
photo Mathieu Belanger L'entraîneur-chef Guillaume Giroux.

Coup d'oeil sur cet article

Le programme de basketball féminin du Rouge et Or de l’Université Laval a pigé en France pour corriger sa lacune la plus criante.

À 6 pi 4 po, la joueuse de centre Mathilde Geisser apportera un élément physique qui manquait au Rouge et Or au cours des dernières saisons. «Sa venue nous permet de combler un besoin important, a mentionné l’entraîneur-chef Guillaume Giroux. Elle vivra une période d’adaptation, mais elle va nous aider. Elle pourrait se faire une place de choix rapidement. On obtiendra des réponses après nos premières parties contre des formations du réseau universitaire canadien. Le style est beaucoup plus physique ici qu’en France. Mathilde évoluait en Nationale 1 qui est le meilleur circuit amateur en France. Elle a aussi fait des stages en Ligue 2 qui est le deuxième échelon dans les rangs professionnels. À l’époque, elle était plus jeune que les autres et c’est normal qu’elle n’ait pas fait l’équipe.»

Geisser n’est pas arrivée seule à Québec. Sa compatriote Oulé Sy s’est jointe elle aussi au Rouge et Or. Ailière de 5 pi 11 po, Sy a également fait un stage en Ligue 2. «On ne parle pas de deux vedettes, mais de filles qui vont nous donner une belle profondeur, a souligné Giroux. C’est plus compétitif dans les entraînements. Les filles veulent vivre l’expérience nord-américaine. Elles sont ici pour un an et on verra ce qui va se passer après la saison. Si tout le monde est content, elles pourraient revenir, mais le plan initial est qu’elles sont ici pour un an seulement.»

Victorieuses à leurs deux sorties contres des équipes de la NCAA, les protégées de Giroux pourraient-elles sortir de la Conférence Québec? «Nous sommes plus fortes que l’an dernier, mais McGill mise sur des transferts des Etats-Unis et Concordia sur des transferts des Maritimes. Toutes les équipes seront plus fortes.»