/news/provincial
Navigation

Galeries d’art prises d’assaut

DM nuit galeries-01
Photo Agence QMI, Daniel Mallard Des milliers de personnes ont profité de la nuit des galeries pour visiter les bouti­ques d’art et d’artisans du quartier Petit Champlain et des environs.

Coup d'oeil sur cet article

Le quartier Petit Champlain et ses alentours ont été transformés en véritable musée à ciel ouvert le temps d’une soirée, samedi, alors que des milliers de personnes ont profité de la nuit des galeries pour visiter ces lieux artistiques.

En tout, 36 galeries d’art et d’artisans de Québec ont ouvert leurs portes samedi soir dans le but de faire découvrir les facettes cachées du métier de galeriste et les œuvres de centaines d’artistes d’ici et d’ailleurs.

«C’est très convivial, comme soirée», a expliqué Michel Vallières, un résident de Québec, en sortant de la Galerie d’art Perreault.

«On voit de belles œuvres, ça donne presque le goût d’en acheter une.»

DM nuit galeries-01
Photo Agence QMI, Daniel Mallard

Nombreuses files

Il y avait tellement de curieux, samedi soir, que de nombreuses files se sont même formées à l’entrée de plusieurs galeries et les amateurs d’art ont dû attendre de longues minutes au froid avant de pouvoir aller admirer les œuvres.

«On a dû attendre un peu, mais pas trop longtemps quand même», souligne Micheline St-Pierre, qui était accompagnée de son mari pour l’occasion.

Elle était tout de même très heureuse de sa soirée.

«Les propriétaires de galeries sont tous très contents de nous voir et ils prennent le temps de répondre à nos questions, c’est très agréable.»

DM nuit galeries-01
Photo Agence QMI, Daniel Mallard

Une profession méconnue

Louis Lacerte, propriétaire de la galerie d’art Madeleine Lacerte, était heureux de voir ces centaines de personnes entrer dans son commerce.

Celui qui est dans le métier depuis près de 30 ans avoue que la profession de galeriste est encore méconnue puisque l’art est un domaine que très peu de gens connaissent.

«Aujourd’hui, beaucoup de gens se proclament experts en art alors qu’en réalité ça prend des années pour arriver à faire ce métier.»

Dans sa profession, il préfère essayer d’acquérir des œuvres uniques venant d’artistes qui ont de la consistance dans leur voie.