/news/provincial
Navigation

Incinérateur de Québec: des dépassements «ponctuels» d’émissions polluantes

Incinérateur de Québec: des dépassements «ponctuels» d’émissions polluantes
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Modernisé à grands frais entre 2005 et 2011, l’incinérateur de Québec pollue beaucoup moins qu’avant. Ses quatre cheminées, cependant, crachent encore des émissions polluantes qui dépassent «à l’occasion» les normes environnementales.

La Ville de Québec a dévoilé, mercredi, les résultats de sa plus récente campagne d’échantillonnage qui révèlent des dépassements «ponctuels» d’émissions de mercure et de monoxyde de carbone.

Lors d’un essai effectué en juin dernier sur le four no 4, des émissions de monoxyde de carbone de 136 mg/mètre cube ont été mesurées, soit plus de deux fois la limite permise.

Deux fois la limite permise

Le même four a dépassé la norme établie à 24 microgrammes/mètre cube pour le mercure à deux reprises, en atteignant un sommet de 66 microgrammes lors du deuxième essai, 15 fois plus que lors du premier essai.

«On va refaire une campagne d’échantillonnage pour essayer de comprendre ce qui s’est passé sur ce four-là», a commenté le porte-parole de la Ville, Jacques Perron. «Ce qui a pu arriver, c’est que cette journée-là, on brûlait peut-être un lot de batteries qui contiennent du mercure alors automatiquement, tu viens de dépasser ta norme. C’est une des hypothèses.»

La Ville investigue

Deux tests ont également révélé des dépassements de dioxines et furannes sur les fours no 1 et no 2. Dans son communiqué publié hier, la Ville se targuait de respecter «globalement» les normes d’émissions atmosphériques en s’appuyant sur la «moyenne» des résultats des essais. Elle se réjouissait aussi de constater que ses investissements à l’incinérateur «portent fruit».

«On fait des investigations à l’heure actuelle. On ne joue pas à l’autruche, on fait preuve de transparence et on veut respecter les normes en tout temps», a assuré M. Perron, en entrevue.

La modernisation de l’incinérateur, situé dans le quartier Limoilou, a coûté 60 M $. Il brûle annuellement près de 300 000 tonnes de déchets provenant de Québec, Saint-Augustin, L’Ancienne-Lorette et de plusieurs villes environnantes.