/news/transports
Navigation

Le milieu des affaires prône le SRB plutôt que le troisième lien

Le milieu des affaires prône le SRB plutôt que le troisième lien
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

La région de Québec doit prioriser le SRB plutôt que le troisième lien et même accélérer la mise en place du projet de transport en commun, martèle le milieu des affaires.

L’Institut de développement urbain (IDU) et la Chambre de commerce de Québec ont uni leurs voix hier pour réaffirmer que le projet de service rapide par bus (SRB) doit demeurer la priorité en matière de transport à Québec.

Le nouveau président-directeur général de l’IDU, André Boisclair, et le président de la Chambre de commerce de Québec, Alain Aubut, estiment qu’on doit presser le pas pour son implantation. «On en parle depuis cinq, six ans. Je pense que le moment est venu d’accélérer la réalisation de ce projet», a indiqué M. Aubut.

Astres alignés

Les deux organisations ne remettent pas en doute la réflexion qui s’entame sur l’opportunité d’un troisième lien. Mais elles souhaitent que les élus misent sur le SRB, qui est déjà en branle.

Surtout dans le contexte où le fédéral investit des milliards en transport collectif, souligne M. Boiclair. «Il y a un projet qui est à portée de main. Il y a une conjoncture politique où les astres sont alignés, Québec, Ottawa et la Ville parlent d’une même voix. On serait fous de regarder les choses aller.»

Accès transports viables et le Conseil régional de l’environnement (CRE), deux organismes de promotion de la mobilité durable, ont fait écho aux propos du milieu économique.

La charrue avant les boeufs

«À court terme, concentrons-nous sur la réalisation du SRB et prenons le temps d’en mesurer l’impact sur la congestion interrives. Actuellement, on veut mettre la charrue avant les bœufs», a souligné le directeur général Étienne Grandmont par voie de communiqué.

Les deux organismes ont appelé au calme dans le dossier du troisième lien, rappelant qu’aucune ville dans le monde n’a réussi à régler ses problèmes de congestion en ajoutant des autoroutes.

Ce qu’ils ont dit

«Le SRB, oui, on va continuer à le faire, mais ce n’est pas la seule solution. Il y a également des gens qui veulent utiliser leurs automobiles pour traverser et avoir moins de congestion.»

— Philippe Couillard, premier ministre

« Québec a fait le choix de la densification. Il faut avoir accès au périmètre urbain avec une bonne fréquence, par un moyen fiable et confortable. Le transport collectif, on aime ça. On en veut plus . On veut embarquer dans le SRB et on ne veut pas le manquer.»

— André Boisclair, pdg de l’IDU

«Le pont Pierre-Laporte a lui-même été construit pour tenter d’enrayer les problèmes de congestion causés par le manque de capacité du pont de Québec. Est-ce que ça a réglé le problème? Pas du tout. Ça a mis en place des conditions qui ont permis l’étalement urbain que nous connaissons aujourd’hui sur la rive sud.»

— Alexandre Turgeon, dg du CRE