/opinion/columnists
Navigation

Dégoulinant dédain pour Québec

Coup d'oeil sur cet article

Cette semaine, l’intempestif chef péquiste intérimaire n’a pu contenir sa prétention en se lançant dans une critique à fond de train des partisans du troisième lien. On souhaite bonne campagne électorale à Québec au futur chef péquiste... Pendant ce temps, le premier ministre Couillard s’est montré attentif à la population, mais surtout au maire de Québec: le troisième lien, c’est une bonne idée finalement! Tout ça à travers les klaxons des taxis sur la colline parlementaire, crinqués par des syndicalistes irresponsables qui menacent de semer la pagaille dans le dossier Uber. Voici mon top 3 de la semaine.

1. Méprisant PQ
Photo d'archives Simon Clark

Encore une fois, le chef du PQ par intérim Sylvain Gaudreault n’a pu s’empêcher d’exprimer son dédain des «radios de Québec» et surtout de ses auditeurs. En décrivant avec mépris les «autocollants» du troisième lien de RadioX, il a bien plus que craché sur les aspirations de toute une population; il a carrément donné une jambette au futur chef de son propre parti pour la suite des choses.Il aurait dû savoir que ces «radios» qu’il abhorre ne sont que le relais des occupants du territoire... Et que les gens d’ici ont une mémoire. Mais, encore et toujours, notre cycliste de province dégouline de vanité. Le mépris larvé du PQ pour ceux qui habitent la capitale du virtuel pays en fait une option de moins en moins respectable.

2. Vulnérabilité libérale
Photo d'archives Simon Clark

Ce n’est pas parce que le gouvernement libéral est majoritaire qu’il gouverne avec aplomb. Ciblé par les feux nourris des oppositions sur des enjeux d’éthique depuis des mois, ce gouvernement avance au pif et au son. Régis a fait un U turn sur le projet de troisième lien, la CAQ a le vent dans les voiles, alors tiens donc, Philippe Couillard dit oui au projet. Et dernière heure: les artistes québécois se disant (encore) opprimés par le progrès demandent l’aumône à un ministre de la Culture plus qu’attentif, craignant sûrement la fronde devant le Cénacle de Guy A.L’ADISQ lance une sorte de «Téléthon Spotify» et exige une «redistribution des revenus». À cette grand-messe, nous sommes tous conviés à cracher encore des millions de dollars pour nos privilégiés créateurs. Le PLQ a perdu son GPS.

3. Le taxi de Cro-Magnon
Photo d'archives Simon Clark

Si les juges avaient tranché contre Uber, Guy Chevrette aurait crié que justice a été rendue. Mais voilà, ce fut tout le contraire. Trop de chauffeurs, pompés par des syndicalistes «cowboys», ont grogné comme des hommes des cavernes devant le parlement cette semaine. Du bruit, des menaces.Pour nos syndicats primaires, c’est le refus global. Uber dehors! Uber est entré dans le décor par une fenêtre d’opportunité. L’obligation de mettre du «sent bon» dans le taxi, ce n’était pas assez. La prochaine étape maintenant: le gouvernement sera là pour éponger en partie les «investissements» des détenteurs de permis de taxi. Il en va de la santé du... Fonds de solidarité de la FTQ, qui, par FINTAXI, continuait de prêter cette semaine jusqu’à 140 000 $ (!) à des propriétaires de taxi de Québec en panique! La belle affaire.