/finance/business
Navigation

Jusqu’à 20 milliards $ d’investissement à l’étranger

Le PDG d'Hydro-Québec fait le point sur les projets d’expansion

ARG-ERIC-MARTEL-HYDRO-QUEBEC
PHOTO TOMA ICZKOVITS, AGENCE QMI «Moi, je fais ça pour qu’Hydro-Québec fasse des profits. Si ce n’est pas profitable, je n’irai pas», soutient le PDG de la société d’État, Éric Martel.

Coup d'oeil sur cet article

Hydro-Québec pourrait investir jusqu’à 20 milliards $ pour prendre de l’expansion à l’étranger au cours des prochaines années, a appris Le Journal.

Dans une entrevue exclusive au Journal, le grand patron Éric Martel a indiqué que les facilités de crédit de la société d’État offraient une marge de manœuvre significative et inouïe pour réaliser des achats à l’international.

«On va être prudent. On ne veut pas mettre le Québec à risque. Mais chez Hydro-Québec, on a de la capacité. On a une cote de crédit extrêmement favorable. On a de la marge de manœuvre pour un peu moins de 20 milliards $», a-t-il souligné.

Doubler ses revenus

Avec une très bonne cote de crédit, Hydro-Québec se dit capable d’aller sur les marchés financiers et d’emprunter à des taux d’intérêt très bas. «Moi, je fais ça pour qu’Hydro-Québec fasse des profits. Si ce n’est pas profitable, je n’irai pas», a fait valoir M. Martel.

Il faut dire que d’ici 2030, Hydro-Québec a la ferme intention de doubler ses revenus annuels, les faisant passer à

27 milliards $. Durant cette période, les profits nets devraient également progresser de façon importante, passant de 3,1 milliards $ à 5,2 milliards $ par année.

Le PDG d’Hydro-Québec demeure cependant très clair: il n’a pas l’intention de s’éparpiller partout sur la planète. Il dit avoir ciblé certains pays où la société d’État sera à l’aise pour brasser des affaires.

«Il y a beaucoup d’actifs à vendre présentement. On pourrait acheter en partenariat. Je n’ai toutefois pas l’intention d’être dans 25 pays. On regarde les Amériques (Canada, États-Unis, Mexique et l’Amérique du Sud) et également en Europe. On va aller dans des pays stables», a-t-il évoqué.

Occasion manquée

Au cours des derniers mois, Hydro-Québec dit avoir manqué une «méga transaction» de près de 4 milliards $ qui lui aurait permis de faire son entrée dans le secteur du transport d’électricité en Europe.

Hydro-Québec a presque réussi à acheter cet été une partie (24,5 %) du réseau de lignes de transport RTE appartenant à Énergie de France (EDF). Le réseau RTE s’étend sur plus de 105 000 kilomètres.

«Il y avait plus de 40 investisseurs intéressés. À la fin, on était encore en lice. On était dans le peloton de tête», a précisé le PDG visiblement satisfait de cette expérience puisque des partenariats d’affaires avec EDF sont maintenant envisageables.

Hydro-Québec l’an dernier

  • Chiffre d’affaires : 13,8 G$
  • Bénéfices nets : 3,14 G$
  • Ventes nettes : 200,6 térawattheures
  • Coût moyen de production : 2,08 cents/kilowattheure
  • Prix moyen à l’exportation : 5,7cents/kilowattheure
  • Investissements : 3,4 G$
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.