/investigations/techno
Navigation

Gaspillage de 15 M$ pour 150 000 boîtes courriel

Québec a acheté des licences Microsoft alors qu’il possédait déjà des licences IBM

Boîtes courriels
Photo Le Journal Les fonctionnaires du réseau de la santé avaient déjà des boîtes courriel, mais Québec continue d’en payer 150 000 autres qui ne sont pas utilisées.

Coup d'oeil sur cet article

Québec paie en double pour 150 000 boîtes courriel, un gaspillage d’au moins 15 M$, a découvert notre Bureau d’enquête.

«C’est épouvantable comme gaspillage. On paie vraiment deux fois. C’est l’argent du monde!» raconte, consternée, une de nos sources impliquées dans la gestion informatique gouvernementale, qui a requis l’anonymat.

Le réseau de la santé, qui regroupe près de 150 000 ordinateurs, paye déjà pour des boîtes de courriel Lotus Notes du fabricant IBM, en vertu d’un contrat de 20 M$.

Mais le ministère de la Santé vient de renouveler un contrat afin de se payer un deuxième lot de boîtes courriel, qu’il n’utilisera pas. Il s’agit de la suite Outlook, du géant Microsoft.

Le ministère s’est procuré ces boîtes inutiles dans le cadre d’un contrat de trois ans sans appel d’offres, d’un montant maximum de 72 M$. L’entente visait à prolonger l’utilisation, pour 150 000 ordinateurs, des différents produits Microsoft comme le système d’exploitation Windows et la suite bureautique Office.

Québec a signé avec le géant américain une entente de type «tout-inclus», qui comprend une foule de biens et services, dont l’option courriel Outlook.

Selon les estimations obtenues d’experts dans l’entourage de Microsoft, sur les 72 M$ versés à Microsoft, plus de 15 M$ serviront à payer ces boîtes courriel inutiles.

Possible de négocier ?

Le ministère aurait-il pu négocier ou trouver une solution de rechange afin d’exclure ces boîtes de l’entente, puisqu’il utilise déjà celles de IBM?

«Il n’était pas possible d’obtenir le retrait de cet élément», nous explique Caroline Gingras, porte-parole du ministère de la Santé.

Une de nos sources bien au fait du dossier, qui a demandé qu’on taise son identité, rejette l’argument de Québec.

«Ce n’est pas vrai que le gouvernement devait absolument prendre le courriel. Tout se négocie dans la vie, surtout quand tu paies 72 M$», dit cette source.

«On paie deux fois»

«Si on n’a pas le choix d’avoir les courriels avec Microsoft, pourquoi a-t-on payé 20 M$ pour IBM alors? C’est ça, le drame. On paie deux fois!» balance un consultant privé en informatique qui occupe un poste stratégique dans un organisme public.

D’autres organismes publics ont pourtant réussi à éviter les contrats de type tout-inclus avec Microsoft. C’est le cas de la Société d’assurance automobile du Québec. La direction dit ne pas avoir opté pour une telle entente «pour des raisons financières».

Ce n’est pas la première fois que le ministère de la Santé paie en double pour des boîtes courriel. Il était aussi propriétaire des 150 000 mêmes licences des boîtes courriel Microsoft de 2013 à 2016 lors du contrat précédent. Ces boîtes n’ont jamais servi, puisque ce sont celles de IBM qui étaient utilisées.

Québec se félicite quand même

Le contrat de 72 M$ sans appel d’offres que vient de signer le ministère de la Santé avec Microsoft risque de coûter deux fois plus cher que le précédent, mais le gouvernement s’en félicite et soutient qu’il s’agit d’«une des meilleures ententes canadiennes».

Le contrat précédent, aussi avec Microsoft, s’élevait à un maximum de 35 M$ pour 2013 à 2016. Par ordinateur, cela représentait 60 $ par année. Le contrat actuel (2016-2019), pour les mêmes besoins, peut atteindre 72 M$. Le coût a grimpé à près de 100 $ par ordinateur par année, a-t-on appris.

Cette hausse s’explique aussi simplement que par la décision de Microsoft d’augmenter ses prix.

Vision positive

Même s’il paie le double, le gouvernement se montre positif. Pour Québec, il ne faut pas regretter la hausse de prix, mais plutôt dire que le coût était très bon auparavant.

«Les prix en question n’avaient pas connu d’ajustements significatifs depuis neuf ans, ce qui aura permis au gouvernement du Québec de bénéficier, pour le contrat précédent, d’une économie estimée à plus de 60 M$», explique Maxime Léveillé, porte-parole du Centre des services partagés du Québec, l’organisme gouvernemental responsable de la négociation du contrat. Il ajoute que l’entente actuelle permettra des économies de près de 50 M$ en comparant avec le prix régulier de Microsoft.

Le grand patron informatique du Québec, Benoit Boivin, et le sous-ministre responsable de l’informatique au ministère de la Santé, Richard Audet, ont refusé de nous accorder une entrevue.