/opinion/columnists
Navigation

Les caribous et les homards

Coup d'oeil sur cet article

Dans un vieux cartoon, Buggs Bunny est un magicien qui a perdu sa formule magique. En panique, il essaie toutes sortes de combinaisons — abradapocus, hocuspadara, mais ça ne marche pas. Le PQ aujourd’hui: pareil.

Ils ont essayé la première femme premier ministre, mais son gouvernement d’amateurs s’est planté. Ils se sont jetés sur un millionnaire de droite qui se gargarisait du pays, poing levé, mais il a fait patate. Ils viennent de choisir un fin finaud qui, pour faire élire un parti indépendantiste, va cacher l’indépendance sous le tapis...

Un ordre prédicateur

Cela fait cinquante ans que le PQ se pète la tête dans le même mur, pour la même raison: son style, son discours, son projet rebutent une majorité d’électeurs.

Une organisation normale se demanderait quoi changer dans son programme et son discours, pour rallier plus d’électeurs. Mais le PQ n’est pas à l’écoute. C’est un ordre prédicateur. C’est aux ouailles de voir la lumière. Hors de l’église...

C’est donc un tour de force de M. Lisée d’avoir reporté le référendum aux calendes grecques. Mais s’il veut que son parti fédère une solide majorité d’électeurs, il devra aller plus loin.

Pessimiste et hargneux

Le PQ est devenu un parti pessimiste, sur la défensive, introverti, hargneux. Les francophones qui critiquent les méthodes du PQ? Des vendus, fédéraleux, provincialistes. Les anglos? Une maladie contagieuse. Le Canada? Une puissance étrangère hostile. Les immigrants? Des envahisseurs qui refusent nos valeurs. (Lisée propose de bannir la burka qui peut cacher des bombes — mais pas le trench ni le poncho...)

Le PQ peine à attirer des mouches avec du vinaigre. Lisée va devoir changer la culture de son parti pour le voir réussir. Il sait cela.

À moins... À moins qu’Ottawa ne lui offre un nouveau lac Meech: en imposant au Québec un pipeline charriant du pétrole de l’Alberta, par exemple.

Alors, là, c’est certain que cet opportuniste élégant oubliera tout ça, et bondira sur l’occasion de rameuter 50,01 pour cent des homards...